Unifer : le tri en Mercedes

Avec aujourd’hui 4 sites dans le département de la Seine-Maritime – Port Jérôme, Saint-Vigor et deux au Havre – et 65 employés – dont 25 chauffeurs –, Unifer traite 200 000 tonnes de déchets chaque année, niveau qui ne cesse d’augmenter, dans un rayon de 50 kilomètres autour de son siège social.

C’est en 2015 que Samuel Lebain a pris les rênes d’Unifer, entreprise de récupération et de valorisation des déchets créée dans les années 50 dans laquelle il travaillait depuis quelques années. L’entreprise havraise n’a, depuis, cessé de se développer. Le patron est clair : « il faut grossir pour ne pas se faire avaler ». Des gravats, des métaux, de la ferraille, tout ce que l’homme et l’entreprise jettent. Tout est trié, massifié, broyé, compacté puis vendus à tiers pour une nouvelle vie.

Et Mercedes dans tout cela ?

Unifer c’est un parc de 25 camions, une vingtaine arborant l’étoile de Stuttgart, une majorité de porteurs. Une très grande majorité est propriété de l’entreprise. Samuel Lebain est clair à ce sujet : « Hier, Unifer louait. Aujourd’hui, elle achète. Car nous conservons longtemps nos camions ». Unifer les achète auprès du distributeur havrais Gorrias. Des camions carrossés par Prud’homme/Vincent avec bras articulés, diverses grues ou porte-caisses. L’entreprise possède plus de 1 000 bennes « vertes » en dépôt chez ses clients dont il faut bien s’occuper… Et aussi quelques tracteurs pour ses remorques à fond mouvant pour acheminer certains déchets triés, toujours en Normandie mais à plus de 50 kilomètres du Havre. « Le temps passe et on affine la récupération précise Samuel Lebain. D’où l’arrivée de nouveaux camions. Etoilés bien sûr. »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES