Logistique

Uber Freight, le transport routier européen en ligne de mire

Jean-Yves Kerbrat

Uber Freight arrive en Allemagne

Nous sommes en mai 2017, aux Etats-Unis, Uber, l’opérateur de transport individuel tant décrié lance une application dédiée au transport de marchandises et concernant avant tout les petits transporteurs et patrons chauffeurs avec un argument séduisant représenté par un règlement dans les sept jours. Uber Freight est donc une bourse de fret. Le transporteur, une fois enregistré, a accès aux offres, y compris les tarifs proposés, et il peut réserver la mission en quelques clics. Dans l’offre initiale, Uber Freight s’engage aussi à dédommager ses clients donneurs d’ordre comme transporteurs si la mission n’est pas réalisée dans les conditions promises. Cela va de 75 dollars par heure au-delà de deux heures d’attente, 300 dollars par jour perdu et 200 dollars (+ 2 dollars par mile d’approche) si le client annule finalement sa mission de transport.

Après les Etats-Unis, voici qu’Uber Freight continue de tisser sa toile sur le territoire européen. Après le lancement réussi aux Pays-Bas, Uber Freight introduit maintenant en Allemagne sa plate-forme de logistique à la demande. Selon le prestataire, l’introduction d’Uber Freight surfe sur un manque de conducteurs qui inquiète les industriels allemands qui penseraient que la pénurie de conducteurs posera à terme de graves problèmes pour l’acheminement des marchandises. « Dans un secteur de plus en plus exigeant, Uber Freight a le pouvoir de générer des gains d’efficacité qui feront progresser l’ensemble de l’industrie allemande. Avec un réseau mondial et une technologie éprouvée à grande échelle, reliez de manière transparente les transporteurs aux chargeurs, crée un environnement profitable pour tous » assure Daniel Buczkowski, responsable du développement européen chez Uber Freight.

Daniel Buczkowski, Uber Freight Europe (portrait Linkedin)


Uber Freight cherche à apporter une solution de mise en relation fiable, en faisant toujours appel à de petits transporteurs à un moment où les statistiques publiés par les autorités allemandes et la Banque Mondiale mettent en avant un déficit grandissant de conducteurs. Ainsi, la Banque mondiale estime qu’environ 40% des conducteurs de poids lourds allemands prendront leur retraite dans les dix prochaines années, ce qui créerait un déficit de 150 000 chauffeurs alors que d’un autre côté 21% du total des trajets seraient parcourus à vides. « D’autre part, les transporteurs de petite à moyenne tailles représentent plus de 90% des transporteurs allemands et ce sont eux qui rencontrent le plus de difficultés. Le marché à la demande d’Uber Freight va leur permettre de davantage participer au marché.» avance Daniel Buczkowski pour qui l’expansion en Europe constituait un premier pas vers la réalisation d’un projet d’un marché du fret plus efficace sur la scène internationale.

Quand l’arrivée en France d’Uber Freight ?

Alors quand Uber Freight en France. Sans doute dans peu de temps. Dans l’hexagone, nous avons Everoad, créé en 2016, qui s’intéresse déjà avec succès aux transporteurs dont les parcs ont moins de 50 véhicules en promettant des affrêtements mieux rémunérés et payés dans un délais record de 72 heures … « Après trois ans d’existence, nous avons la vocation de rendre plus efficace l’organisation du transport » nous déclarait récemment Maxime Legardez, jeune patron de 33 ans, qui compte bien mettre en place (lui aussi) son concept à travers l’Europe. Ses clients sont de grands groupes de l’industrie capables d’apporter des flux réguliers et rentables pour 4500 partenaires transporteurs aujourd’hui référencés, soit 250 000 véhicules, dont 50 % sont français. Alors les transporteurs comme donneurs d’ordre pourraient avoir le choix …

Commentaires

commentaires