Transports et logistique, un secteur dynamique depuis 2013

Le nouveau rapport de l’Observatoire prospectif des emplois et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL) confirme la dynamique du secteur depuis 2013, avec 78 800 emplois créés.  

L’emploi dans le transport routier et la logistique a progressé de 3,5 % en 2018 et a connu une évolution favorable en 2019, relève le nouveau rapport de l’Observatoire prospectif des emplois et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL). Une dynamique observée dans le secteur depuis 2013. Cependant, les difficultés de recrutement sont identiques. « Un effort important de formation a été accompli pour professionnaliser des salariés dans nos métiers du transport et de la logistique, explique Bruno Lefebvre, Président de l’OPTL. Mais les difficultés de recrutement des entreprises restent intenses. Aussi, toutes les initiatives qui visent à attirer des candidats vers nos métiers et notre branche, et à les y fidéliser durablement, doivent être encouragées. L’effort de professionnalisation doit par ailleurs rester soutenu, dans un contexte où les métiers évoluent et se modernisent, en lien avec les transitions technologiques, numériques, organisationnelles, environnementales, sociétales qui traversent le secteur. »

Un dynamisme dans l’emploi

Le rapport rescence plus de 720 000 salariés dans le transport et la logistique au 31 décembre 2018. Celui-ci a progressé de 3,5 % en 2018 contre 1,5 dans le secteur privé. Cette même année, 24 600 emplois ont été créés, dont plus de 15 000 dans la conduite routière. “C’est certes moins que dans la construction (31 900 postes créés en 2018, mais beaucoup plus que dans l’industrie (8 300 postes)” précise l’OPTL. Cette croissance est en particulier portée par la dynamique du transport routier de marchandises (+ 4,5%) et des prestataires logistiques (+ 7,5%).

Autre dynamique : le nombre d’indépendants dans la branche a augmenté de 19 % en 2018, et jusqu’à 26 % dans le transport routier de marchandises. En effet, le nombre de création d’entreprise a presque douclé en un an. “Cette évolution s’inscrit dans la croissance du marché des livraisons alimentaires (Deliveroo, Uber Eats, Just Eat…) et non alimentaires à domicile” ajoute l’OPTL, avec des coursiers à vélo ou scooter ayant un statut de micro-entrepreneur.

De plus, le secteur se féminise légèrement avec plus de 142 200 femmes en 2018, soit un cinquième de l’effectif total. Le nombre de femmes dans les entreprises a progressé plus rapidement que celui des hommes. En 2018, la part des femmes dans les effectifs de la famille professionnelle Conduite augmente légèrement pour atteindre 11% contre 10% en 2017.

17 % de création d’emploi

En termes de recrutement, le rapport relève que 74 % des embauches sont en CDI et 17 % de la création d’emloi. “En 2018, les recrutements sont deux fois plus souvent motivés par la recherche d’un accroissement des capacités de production que le remplacement des départs en fin de carrière” ajoute l’OPTL. En effet, plus de 11 000 salariés sont partis en fin de carrière en 2018, dont plus de 2000 ont fait valoir leur congé de fin d’activité (CFA) dans le transport routier de marchandises et près de 190 dans le transport routier de voyageurs. Mais la grande majorité des recrutement est réalisée pour d’autres motifs, tels que le remplacement de démissions, les fins de CDD, les ruptures conventionnelles ou les licenciements. La part des licenciements économiques dans les départs est inférieure à 1%, tandis que la proportion des ruptures conventionnelles s’établit à 6%.

Le nombre d’offres d’emploi déposées auprès de Pôle emploi sont stable : après avoir augmenté de 22 % en 2017, elles se maintiennent en 2018. Pôle emploi a enregistré 1 300 offres supplémentaires d’entreprises de transports routiers réguliers de voyageurs, ainsi qu’une augmentation des offres pour des emplois logistiques. De plus, 30 % des établissements de la branche recourent à l’intérim. Le nombre d’intérimaires s’est accru de 9% en 2018, après +20% en 2017. “Les agences de travail temporaire ont principalement été sollicitées pour des postes de conducteurs de poids lourds (48% des répondants) et des postes d’opérateurs logistiques (36% des répondants). Plus de la moitié des entreprises rencontrent des difficultés de recrutement” affirme l’OPTL.

Davantage de certifications délivrées

Du côté de la formation, le rapport note un accroissement de 8% du nombre de titres professionnels (incluant les titres privés), en particulier le TP Conducteur(trice) du transport routier de marchandises sur porteur (+31%) et le TP Conducteur(trice) du transport routier de marchandises tous véhicules (+13%). En revanche, le TP Conducteur(trice) du transport routier interurbain de voyageurs baisse – de 9 %, comme en 2017 – tout comme les titres professionnels préparant aux métiers d’opérateurs logistiques.

Le rapport note également une diminution de 3 % du nombre de diplômes d’État en transport et logistique, en particulier le BTS Transport et Prestations Logistiques (-5%), le Bac Pro Conducteur Transport Routier Marchandises (-3%) et le Bac Pro Maintenance des véhicules option véhicules de transport routier (-10%). Cependant, les diplômes d’État en logistique progressent. Le nombre d’attestations de capacité délivrées pour du « transport léger » de personnes a été divisé par plus de 2 en 2018. A l’inverse, le nombre d’attestations de capacité délivrées en « transport léger » de marchandises augmente de 9 % au cours de l’année 2018.

En 2018, l’AFT a cofinancé plus de 44 000 formations d’accès au métier de conducteur. Les formations soutenues sont cependant de nature différente : plus longues, certifiantes, et plus coûteuses. Les titres professionnels représentent 65 % de l’ensemble des formations de conducteur de transport routier bénéficiant d’un co-financement de l’AFT. Les dispositifs de recrutement par la formation mis en œuvre et financés par l’OPCO Mobilités ont été également davantage mobilisés par les entreprises. Le nombre de contrats de professionnalisations, tous métiers confondus, a progressé de 34% en 2018, et le nombre de préparations opérationnelles à l’emploi collectives (POEc) de 44%.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES

TRM MAGAZINE N° 6 DISPO !