Transport Premat, vers une dématérialisation totale : entretien avec Loïc Neraudau

Loïc Neraudau est à la fois Directeur informatique, qualité, hygiène, sécurité et environnement (QHSE) des Transports Premat (91), le leader francilien du transport de produits en vrac. Entièrement équipée des solutions OMP-Eliot, de l’informatique embarquée intégrée au TMS en passant par la gestion sociale, le parc, et les échanges de données informatisées avec les clients, la PME a déjà fait un grand pas vers la signature électronique.
LE GUIDE : Les échanges de données informatisées (EDI) sont de plus en plus utilisées, même dans le transport de vrac où ils sont apparus plus tardivement que dans d’autres secteurs de transport. Où en êtes-vous chez Premat ?

Loïc Neraudau : Pour tous les clients qui le souhaitent, nous sommes en full EDI. Chez l’un de nos principaux clients pétroliers par exemple, depuis début 2016, les exploitants du client planifient dans leur ERP les tournées qui sont transmises dans notre TMS (OMP), puis vers l’informatique embarquée Eliot (interfacée avec le TMS de même marque). Les véhicules sont affectés automatiquement, et les missions établies de manière fluide. En cas d’annulation ou de changement, c’est très simple à gérer. Dans le sens inverse, les confirmations de livraison remontent des ordinateurs de bord jusqu’aux écrans de notre client, sans manipulation humaine. Pour que tout cela fonctionne, ces passerelles entre logiciels sont développées par notre éditeur OMP.

En termes d’analyse, l’un des avantages est que nous disposons exactement des mêmes informations que notre chargeur. Selon le choix du client, la synchronisation des données peut être paramétrée en quasi temps réel, ou sur un rythme quotidien, avant 10h par exemple. Nous pouvons aller jusqu’à valider les livraisons par une signature électronique sur tablette. En quelques minutes, notre client reçoit la PoD (proof of delivery) dans son propre système informatique. La transaction est alors complètement dématérialisée.

La profession conduit actuellement plusieurs pilotes de e-CRM (ou numérisation de la Convention relative au contrat de transport international de marchandises par route) qui, pour rappel, a été lancée officiellement en janvier 2017 dans plusieurs pays dont la France. Mais en pratique, la validation du processus de lettre de voiture électronique à grande échelle pourrait encore prendre quelques années. Comment cela se passe-t-il en pratique dans votre métier ?

Nos clients acceptent la signature « on glass »(sur l’écran de la tablette) ce qui permet de supprimer complètement le papier. Car c’est tout l’intérêt de ce système que de réduire les documents imprimés et les frais de traitement. Sachez que de nombreux travaux sont en cours actuellement à ce sujet et particulièrement sur la Blockchain Transport et la E-CMR. Il est possible de réaliser une e-CMR via une application mobile et une validation par QR code, flashé sur le point de chargement et de livraison. Ce processus a été validé juridiquement par l’IRU et à l’aide de la FNTR.

Avez-vous chiffré les gains potentiels du e-CRM en termes administratifs ?

Nous faisons un métier de service, et tout ce qui peut améliorer l’efficacité de nos processus est bon à prendre. La suppression du papier a aussi un sens environnemental. Quoi qu’il en soit, tout cela va arriver très vite. En tant que transporteur, mieux vaut se préparer !

Chez Premat, les exploitants travaillent sur deux ou trois écrans.
Vous utilisez donc de l’informatique embarquée Eliot et de nouvelles dalles tactiles permettant de travailler hors du véhicule. Détaillez-nous un peu cet équipement.

Au premier trimestre 2018, nous venons de conclure le déploiement sur 400 véhicules moteurs des nouveaux ordinateurs UC400 (boîte noire fixée dans le tableau de bord) associé à des tablettes durcies MDT713D. L’UC400 est branchée sur les organes du véhicule pour récupérer les données techniques et sociales. Ces nouvelles unités communiquent en voix et data ainsi qu’en Bluetooth pour échanger avec l’écran tactile MDT713D, ou un autre type d’interface chauffeur. Selon les missions de transport, nous pouvons choisir d’installer une dalle fixe ou amovible, ou encore d’utiliser une application sur smartphone.

Chez Eliot, nous avons souscrit à toutes les options, tout en utilisant aussi de l’informatique embarquée constructeur. Nous apprécions notamment les fonctions d’éconduite, qui nous permettent d’opérer une analyse comparative des performances de nos conducteurs, quelle que soit la marque des véhicules moteurs – selon les activités, des poids lourds Volvo Trucks, Renault Trucks, ou Mercedes-Benz. L’informatique embarquée nous permet de mettre en relation les données de consommation avec un ensemble d’informations autres – les parcours, les données sociales, la cartographie, et surtout, les missions réalisées.

L’éco conduite, c’est un peu base de votre métier, à mi-chemin de l’informatique et de l’environnement…

Le carburant représente toujours 25 à 30 % de nos coûts selon les activités. De surcroît, nous avons été parmi les premières entreprises à signer la Charte CO2 de l’ADEME, puis à obtenir le Label CO2 (en 2015), plus exigeant en termes de résultats. Ces démarches ont demandé une analyse et des progrès conséquents sur les consommations. Nous continuons à travailler sur ces questions pour obtenir le renouvellement du Label.

Du côté de l’exploitation, vous utilisez également tous les modules de la suite OMP. Quelles sont les principales avancées en back office ?

Nous travaillons depuis plus de 20 ans avec les outils OMP, dont nous apprécions l’interconnectivité et l’ergonomie. En particulier, la qualité de la cartographie, des parcours, des informations immédiatement disponibles auprès des exploitants.

Sur le plan social, nous travaillons sur Timedisc-Timestore (solution de gestion et d’archivage des temps et des données légales) et leur version Internet TimediscWeb. Le logiciel consolide les temps de services et gère les absences de différentes natures (congé maladie, formation, etc.), ainsi que les plannings hebdomadaires et mensuels. Il prend en compte les frais de déplacement, et édite une synthèse des éventuelles infractions. Enfin, il génère des états de pré-paies. Aujourd’hui, tous nos véhicules envoient automatiquement leurs données du contrôlographe (fichier V1B) chaque semaine à distance. Cela représente un gain de temps considérable par rapport à un transfert manuel sur site. En outre, nous téléchargeons également les vitesses enregistrées. Un système d’alerte permet d’identifier rapidement les excès, mais aussi de travailler sur la totalité des vitesses des derniers jours, avec une précision à la seconde. Et donc d’effectuer des analyses QHSE. Dans TimediscWeb, nous disposons de ces informations sur une seule interface Internet, y compris les données de l’informatique embarquée (EliotimeWeb). On peut basculer rapidement des parcours aux anomalies. Précisons que l’accès à toutes ces informations est sécurisé sur un extranet et sommes soucieux de l’emplacement de stockage de nos données. La question est d’importance, dans le cadre du nouveau règlement européen sur la protection des données (RGPD).

Nous travaillons également avec le logiciel OMP Atelier, que nous sommes en train de faire évoluer en partenariat avec l’éditeur, afin que toutes les opérations des mécaniciens soient administrées sur informatique, ce qui facilite bien sûr la maintenance préventive. Nous récupérons aussi les données de maintenance prédictive qui viennent des constructeurs. Enfin, avec un manufacturier, nous sommes en train de mettre en place une maintenance prédictive des pneumatiques, et avons dématérialisé la totalité des bons de lavage de nos stations, pour obtenir une certification ISO 22000 sur ces équipements.

Société des Transports Prémat

Siège le Plessis-Pâté (91)

Transport de matières dangereuses (gaz et hydrocarbures), de produits pulvérulents, de déchets ; transport de vrac en benne et transports exceptionnels.

Entreprise familiale dirigée par Philippe Prémat

500 collaborateurs

930 cartes grises

480 véhicules moteurs

 

 

 

 

 

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES