Équipement pour véhicules Paroles d'experts

Thermoking prend en compte les nouvelles donnes

Jean-Yves Kerbrat

Laurent Débias, responsable marketing et de gestion de produits chez Thermo King en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique entame une réflexion sur les enjeux du secteur du transport : restrictions, réglementations et interdictions du diesel. Voici un avis d’expert qui permet de relever les défis à venir. Bonne lecture … et donnez votre avis.

AVIS D’EXPERT

Laurent Débias, responsable marketing et de gestion de produits chez Thermo King

Les enjeux du secteur du transport : restrictions, réglementations et interdictions du diesel.

« En ouvrant le journal aujourd’hui, il y a de fortes chances pour que vous tombiez sur un article parlant du diesel. Ce carburant, autrefois considéré comme une alternative plus écologique et plus efficace que le pétrole, est désormais décrié pour les niveaux de pollution nocifs dans de nombreuses villes européennes, et les responsables politiques ont décidé de réagir. Dans cet article, nous avons choisi de révéler tout ce que cela signifie pour les professionnels du transport.

Aussi « européen » que le sentiment anti-diesel actuel puisse paraître, il trouve en réalité ses origines en Californie. Ou plus exactement à l’Université de Californie, où, en 2014, un groupe de cinq scientifiques ont découvert des écarts entre les émissions de NOx des véhicules diesel en laboratoire et ceux réellement en circulation. S’en est ensuivi une série d’institutions publiques interpellant la marque automobile concernée, des démissions et des groupes lobbyistes se regroupant pour forcer les gouvernements municipaux à agir.

C’est à ce moment-là que la directive européenne sur la qualité de l’air ambiant est véritablement devenue effective. Lancée en 2008 et mise en œuvre dans la législation locale en 2010, elle définit un objectif pour les villes européennes en faveur d’un air plus propre et d’un meilleur environnement pour tous. Mais alors que les objectifs originaux portaient sur les gaz à effet de serre et le CO2 de manière générale, l’opinion publique y a rapidement associé le diesel, en raison des nombreux récits concernant les effets nocifs sur la santé attribués aux émissions élevées de particules (PM) et de NOx du carburant. La pression est encore montée d’un cran lorsque diverses organisations ont soutenu que les villes étaient responsables de la protection de leurs citoyens et qu’elles devaient donc impérativement agir. Le décor était planté.

La plupart des experts s’accordent à dire que les politiques contre le diesel en zones urbaines sont désormais irréversibles, en réponse à l’appel des deux côtés de l’échiquier politique concernant le carburant pour contrer les restrictions. En effet, de nombreuses villes se rangent désormais du côté des groupes de lobby en faveur de l’environnement, la ville de Londres semblant prendre la direction de ce débat. Avec un nombre de citoyens qui dépasse la plupart des États membres de l’UE, la ville se révèle être le laboratoire idéal pour tester sur route de nouvelles directives et dispositions. Les professionnels du transport feraient donc bien de surveiller de très près la capitale britannique.

Relever le défi

Quel que soit le rythme de ce changement, la tendance actuelle de l’interdiction du diesel continuera d’être un enjeu majeur pour les professionnels du transport. En particulier parce que le secteur connaît déjà de nombreuses autres réglementations à respecter, allant des limitations sonores PIEK aux réglementations sur les fluides frigorigènes, ainsi que des exigences distinctes en matière de performances pour les engins mobiles non routiers (NRMM) qui concernent les groupes frigorifiques de transport.

Les contrôles de la Commission européenne sur les émissions d’oxyde nitreux (NOx) et de particules (PM) pour les engins mobiles non routiers(NRMM) ont été adoptés pour la première fois en 1997 avec la directive 97/68/CE, à laquelle se sont ajoutés au fil des années des directives modificatives ainsi que des exigences et des niveaux plus contraignants en termes de seuils des émissions.

À compter du 1er janvier 2019, de nouvelles limites en matière d’émissions de polluants gazeux et particulaires pour les engins mobiles non routiers, désignées Niveau V, sont entrées en vigueur et les nouveaux moteurs lancés sur le marché doivent satisfaire cette nouvelle norme.

La réglementation NRMM niveau V (UE) n°2016/1628 [3478] précise les exigences en matière d’émissions pour toutes les catégories d’engins mobiles non routiers à allumage par compression (diesel) et à allumage commandé et remplace la directive 97/68/CE et ses amendements. Alors que les niveaux précédents limitaient le volume général des émissions de particules, le niveau V impose des contrôles plus stricts sur les émissions et élargit le champ d’application, en définissant aussi des limites d’émissions pour le nombre de particules (PN) de nombreuses catégories de moteurs NRMM.

En tant que leader des solutions de transport sous température contrôlée, Thermo King, depuis 2018 déjà, a fait le choix d’anticiper et de se conformer aux dates butoir définies dans la réglementation de niveau V en continuant d’innover et de maintenir les mêmes niveaux de performances leader sur le marché. Le fabricant de groupes frigorifiques de transport a adopté des mesures proactives pour garantir que l’ensemble de ses groupes frigorifiques pour porteurs et semi-remorques soit équipé des moteurs GreenTech™ modernes à faibles émissions et certifiés conformes à la réglementation NRMM niveau V, en respectant la lettre et l’esprit de celle-ci.

Et pourtant, ce sont finalement les responsables du transport et de parcs de véhicules qui doivent relever les défis qu’implique la conformité aux réglementations européennes et locales pour garantir la pérennité de leurs parcs et leurs opérations commerciales.

Répercussions futures pour le transport

Alors que les acteurs du secteur préconisent une approche clairement définie et coordonnée des autorités municipales, peut-on précisément prévoir la tournure que va prendre le secteur du transport ? Nous pouvons penser sans trop nous tromper que les choses ne vont pas changer aussi radicalement que certaines voix nous laissent entendre. Alors que les véhicules utilitaires légers entièrement électriques se fraient progressivement un chemin sur le marché, les coûts élevés des gros porteurs tout électrique se révèlent être un important obstacle à l’adoption de l’électrique dans un secteur du transport où les marges sont très serrées. Par ailleurs, nous attendons de découvrir les infrastructures publiques qui nous permettraient de prendre prochainement ce virage à l’échelle du secteur.

Avec tout cela à l’esprit, une évolution progressive est plutôt attendue, avec diverses « technologies moteur » trouvant leur propre place au sein de la chaîne d’approvisionnement. Le choix entre le diesel, l’hybride ou l’électrique se fera selon plusieurs facteurs opérationnels : la proximité de zones urbaines résidentielles ou denses et le transport sur de longues distances ou en centres-villes. Un tel choix n’est pas nouveau, seulement les limites de chaque technologie sont de plus en plus importantes et toujours plus réglementées.

Lorsqu’on s’intéresse au transport frigorifique, les choses se compliquent légèrement. Dans ce secteur, les entreprises de transport doivent réfléchir à la technologie frigorifique à adopter selon le type de véhicule et tenir compte de la réglementation spécifique qui s’applique à ce type d’engins.

À l’heure actuelle, les professionnels du transport peuvent avoir la certitude que les investissements qu’ils réalisent en faveur du transport frigorifique ne deviendront pas obsolètes en une nuit, mais il sera essentiel de se tourner vers les technologies frigorifiques de transport et les moteurs disponibles à l’avenir.

En tant que fournisseurs de solutions de transport sous température contrôlée leaders du marché, Thermo King et Frigoblock donnent aux responsables du transport et de parcs de véhicules les moyens de relever ces enjeux déterminants. En continuant d’innover leurs solutions de température contrôlée, les deux marques s’engagent à créer un futur du transport et de la livraison de marchandises dans une ville sans brouillards, sans encombrements et sans bruit intempestif. Ensemble, nous envisageons un avenir dans lequel les transporteurs économisent de l’argent en dirigeant leurs activités d’une manière plus efficace, en consommant moins de carburant et en réduisant les émissions polluantes, les émissions de CO2 et le bruit. Le tout nouveau groupe entièrement électrique de Thermo King, baptisé E-200, témoigne de cette ambition. »

Laurent Débias, responsable marketing et de gestion de produits chez Thermo King

Commentaires

commentaires