Soutien de l’Etat à l’automobile

Agnès Pannier-Runacher 2 juin plan automobile

Mardi 2 juin, nous avons accompagné Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, dans une succursale PSA Retail, boulevard de Grenelle à Paris. Il s’agissait de scénariser de la mise en place du renforcement de la « prime à la conversion » dans le cadre du plan de soutien à l’automobile annoncé par Emmanuel Macron. Dans le hall d’exposition dernier cri, l’effet est saisissant. Une centaine de personnes réunit et le personnel qui s’affaire. Tout le monde porte le masque réglementaire qu’il fallait apporter avec soit.

Agnès Pannier-Runacher dévoile une vignette accompagnant le dispositif

En présence de Luc Chatel, président de Plateforme Automobile (PFA), et une large représentation du monde de l’automobile, la secrétaire d’Etat est venue prendre le pouls d’une profession inquiète que le gouvernement a décidé d’accompagner efficacement en ouvrent les finances publiques. Les constructeurs pourront ensuite abonder par des avantages qui définiront. Les véhicules utilitaires légers sont également concernés.

Protection rapprochée des voitures entrant à l’atelier, volant, levier de vitesses protégés (entre autre)

L’Etat a orienté le « Plan de soutien à l’automobile pour une industrie verte et compétitive » vers la réduction de la pollution en favorisant les voitures électriques ou hybrides. Le dispositif de la prime à la conversion (PAC) est donc revu à partir de ce jour pour le rendre plus incitatif et plus ouvert, tout en conservant l’objectif de transformer le parc automobile français vers des véhicules moins polluants et moins émetteurs de CO2 :

Dans les concessions automobiles, les clients doivent accepter quelques contraintes

Voici l’essentiel :

Cet autocollant prouve l’engagement de l’Etat

Augmentation du nombre de ménages éligibles pouvant bénéficier des hausses de primes sur les véhicules thermiques, électriques et hybrides rechargeables. Le critère de revenu est élargi en relevant le seuil de revenu fiscal de référence (RFR) par part de 13 500 € à 18 000 € pour couvrir près de trois quarts de la population ;

Assouplissement du critère d’éligibilité pour la mise au rebut du véhicule pour inclure les véhicules Crit’air 3 (véhicules essence immatriculés avant 2006 et véhicules diesel immatriculés avant 2011, soit 50 % du parc automobile) ;

Augmentation du montant des primes actuelles pour l’ensemble des ménages concernés à 3 000 € pour l’achat d’un véhicule thermique et 5 000 € pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable dont l’autonomie est supérieure à 50 km ;

La secrétaire d’Etat s’attarde à l’atelier afin d’apprécier les conditions de travail

Pour les personnes morales, doublement de la prime actuelle pour les véhicules utilitaires légers électriques et hybrides rechargeables.

Ce sont des mesures exceptionnelles qui seront appliquées aux 200 000 premières primes à la conversion. Lorsque ce niveau sera atteint, le barème précédent sera rétabli.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES

TRM MAGAZINE N° 6 DISPO !