Les News Logistique Vie des entreprises

Sécurité dans le transport routier, de bonnes pratiques et des outils …

Jean-Yves Kerbrat
BAN_Cofisoft_oct19

Parallèlement à la croissance rapide et continue des ventes en ligne, il est ensuite nécessaire de livrer le plus rapidement possible les biens commandés par des consommateurs impatients. Les promesses de livraison de plus en plus rapides rendent insupportable la vie de milliers de chauffeurs stressés qui prennent la route avec des missions souvent irréalistes. Quelles en sont les conséquences sur la sécurité routière et comment les conducteurs peuvent-ils garantir de faire le maximum pour se protéger et protéger des accidents les autres usagers de la route des accidents ?

Au cours de ces cinq dernières années, les ventes au détail en ligne ont fortement augmenté au niveau mondial. Le montant total des dépenses est passé de 5,9 % en 2014 à 8,8 % en 2018, ce qui équivaut à un chiffre d’affaires de 2 489 milliards de dollars américains pour les entreprises de vente à distance. En France, le consommateur en ligne dépense en moyenne 1087 € par an à l’achat de produits en ligne et 24 % d’entre eux effectuent des achats au moins une fois par semaine. De toute évidence, cet accroissement des ventes en ligne augmente nombre de véhicules de livraison avec un nombre grandissant de conducteurs indépendants mono-possesseurs de véhicules parfois anciens et pas toujours correctement entretenus.

Des rues étroites, des travaux, des vélos, des piétons = multiples dangers !

Une étude effectuée au Royaume-Uni par l’université de Londres auprès des chauffeurs-livreurs indépendants a indiqué que ces derniers courent plus de risques d’être impliqués dans un accident de la circulation. Un sur dix a déclaré avoir vécu une situation où quelqu’un avait été blessé à la suite d’une collision. L’étude a également révélé que près des deux tiers (63 %) d’entre eux n’avaient pas bénéficié d’une formation en matière de sécurité et 65 % ont déclaré ne pas posséder d’équipements de sécurité en rapport avec leur activité.

Or, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 50 % des personnes décédées sur les routes sont des usagers vulnérables : piétons, cyclistes et motocyclistes. Les angles morts sur les véhicules sont l’un des principaux facteurs contribuant aux collisions, et souvent la principale cause des décès ou des blessures parmi les usagers de la route vulnérables. Aux États-Unis, des études ont révélé (assez logiquement) que l’équipements d’aide à la conduite sur les utilitaires et les camions attirant l’attention des conducteurs sur les personnes masquées par des angles morts pourrait potentiellement prévenir chaque année jusqu’à 63 000 accidents. Pour cela, l’installation de systèmes de caméras-moniteurs de sécurité tels que les caméras à 360 degrés est plébiscitée.

Les embouteillages génèrent beaucoup de stress

Guillaume Amigues, expert en matière de sécurité des véhicules chez Brigade Electronics France l’explique « Bien que traditionnellement utilisés pour résoudre le problème des angles morts, les rétroviseurs grands angle ne parviennent pas à les éliminer entièrement. La recherche a démontré que dans le temps requis pour qu’un conducteur regarde deux à quatre rétroviseurs, évalue les dangers avant de réagir. Un véhicule peut alors parcourir jusqu’à 10 mètres. Une fois montés sur un véhicule, les systèmes de caméras de sécurité parviennent quant à eux à éliminer entièrement les angles morts, en fournissant une vue panoramique complète de la zone alentour en temps réel et en une seule image. C’est ce type d’équipements de sécurité qui rendront les villes et les routes plus sûres. » Il est à noter qu’en plus de pouvoir l’acquérir postérieurement à l’achat d’un véhicule, les constructeurs le proposent de plus en plus souvent d’origine, en option ou dans des packs sécurité.

Le développement exponentiel des ventes en ligne augmente l’engorgement des villes

Si la technologie est essentielle pour aider à éviter des drames, il est également impératif que les conducteurs de véhicules utilitaires s’engagent à mettre en œuvre et à appliquer des stratégies et des plans de sécurité routière efficaces que les progrès de l’électronique ne peuvent pas suppléer en totalité. Alors, ceci inclut un investissement dans des formations aux bonnes pratiques, afin que les conducteurs prennent conscience des dangers potentiels et qu’ils soient parfaitement préparés à chaque éventualité. Malheureusement, pour le moment, le permis de conduire suffit à entrer dans un métier qui de déroule sur l’espace public avec tous ses dangers … Cela fait ajouter à Guillaume Amigues « Le fait qu’un conducteur adopte la technologie appropriée ne signifie pas pour autant qu’il a rempli ses obligations en matière de sécurité. Un stage aide toujours à acquérir de bonnes pratiques pour éliminer le stress, par exemple, en faisant régulièrement une pause pour se détendre » … mais cela reste évidemment un élément très personnel pour celui contraint d’aller au bout de sa mission !

Entreprise citée :

www.brigade-electronics.com/fr/

Commentaires

commentaires