S3pweb : « Pass Sécurité, une porte d’entrée unique pour les plateformes »

Emmanuel Messager, Directeur général de S3pweb, s’attaque à la sécurisation des données GPS transmises à des tiers, et développe la solution Pass Sécurité en lien avec la télématique constructeur, dans un objectif de standardisation.

Une interview publiée en avril 2021 dans l’enquête télématique de TRM le Guide G8 :
http://transpb.cluster031.hosting.ovh.net/telematique-exploiter-ses-donnees-techniques-mais-pas-a-prix-dor/

« Le Pass Sécurité, c’est notre axe de développement depuis le mois de novembre 2020. Le principe : nous collectons les données de géolocalisation sur la télématique de première monte ou de deuxième monte du transporteur, et partageons ces informations de manière ciblée avec un confrère, un client, ou une plateforme de traçabilité. À ce jour, nous avons développé des interfaces avec les plateformes Fourkites, Project44, Sixfold et Ophone et GedMouv.

 

Emmanuel Messager

 

Admettons qu’un transporteur travaille pour Exxon, et qu’il doive renseigner ses positions sur Fourkites. Nous devenons l’interlocuteur télématique du pétrolier. Le transporteur sollicité pour fournir de la traçabilité renvoie son client à la solution Pass Sécurité. Nous collectons l’ensemble des immatriculations, et fournissons un filtre au transporteur pour qu’il puisse communiquer les données voulues. Nous allons donc exposer sur la plateforme d’Exxon uniquement les immatriculations des véhicules concernés. Dès lors que le transporteur a affecté une ressource à une commande Exxon, ce dernier nous fait une demande d’ouverture de flux sur le Pass Sécurité en fonction des éléments de la commande. La demande validée par le transporteur, nous ouvrons le « tuyau ». Le chargeur a ainsi accès aux positions sur un trajet donné, entre deux points définis.

Le Pass Sécurité est commercialisé entre 1€ et 2€ par mois et par véhicule. Plusieurs transporteurs qui roulent pour Leroy Merlin par exemple, se sont abonnés. La solution est également déployée chez Geodis pour la collecte des datas de l’ensemble de ses sous-traitants en Europe.

Ce processus permet de restreindre l’accès aux données. Un chargeur et son intermédiaire ne peuvent suivre l’ensemble des véhicules tout le temps, même s’ils se sont solennellement engagés à ne pas utiliser les données… Rappelons qu’aujourd’hui, les plateformes viennent se greffer directement sur la télématique transporteur. Nous venons en coupure, en interlocuteur unique. Nous collectons la géolocalisation et les plateformes s’en remettent à nous.

Il n’est pas question de réduire la traçabilité promise au client mais simplement d’éviter que quelque intermédiaire n’utilise ces données pour reconstituer les plans de transport. Car il est très facile de déduire des positions géographiques recueillies pendant un mois les principaux clients, les points de chargement et les lignes régulières effectuées. Et cela uniquement avec les données GPS ! Sans même parler des corrélations possibles avec d’autres infos techniques et les temps d’activité des chauffeurs… Très simplement, lorsqu’on amalgame ces données entre plusieurs transporteurs, nous pouvons croiser les flux et déduire des pistes d’optimisation globale. Le fonds de commerce des transporteurs, c’est ce que nous voulons essayer de protéger.

 

Le Groupe Ageneau, équipé de S3pWeb Map&Truck sur 220 VI.

S3pweb a lancé la télématique Map&Truck en juillet 2020. Nous proposons une solution de gestion de flotte universelle qui permet d’afficher les informations télématiques de 1ère monte. Depuis le portail Map&Truck, l’exploitant accède à de nombreuses données pour suivre et optimiser la gestion de sa flotte : géolocalisation, données sociales, données techniques, températures frigos. Le tarif va de 5 à 7 € HT / mois / VI selon les options choisies.

Map&Truck s’installe très facilement si le transporteur a déjà des abonnements activés chez les constructeurs. En revanche, le parcours est plus long quand il part d’une feuille blanche. Il doit alors souscrire autant d’abonnement qu’il a de marques de VI à des coûts très variables.

Nous travaillons donc à standardiser cette offre. Nous avons rencontré l’ensemble des constructeurs ces derniers mois. Nous leur avons proposé un projet d’intention pour la création d’un forfait unique, quelle que soit la marque, intégrant les données dont nous avons besoin. Si notre démarche aboutit, le transporteur souscrirait un seul abonnement « Data Access » chez le constructeur de son choix. Le contrat serait établi avec les constructeurs, et indirectement avec les concessionnaires. Le transporteur n’aurait plus qu’à demander l’activation du service auprès de son distributeur. Ce forfait unique devrait inclure la géolocalisation, le téléchargement des données sociales (fichiers C1B- V1B), et quelques données techniques, le kilométrage et le taux de remplissage du réservoir. »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES