Restaurant routier Hommage en temps de crise

Ghislaine Boriller, restauratrice de 36 ans, a mis fin à ses jours

La période que nous vivons depuis maintenant 9 mois associe crise sanitaire majeure et catastrophe économique pour de très nombreuses entreprises, dont les petits commerces. Parmi ces derniers, les restaurants prennent très cher alors qu’ils ont interdiction d’ouvrir et d’accueillir leurs clients. Pourtant, entre deux confinements, tous ont réalisé les aménagements demandés par les autorités et de plus, ils réduisaient le nombre de couverts. Mais cela permettait de réaliser un certain chiffre d’affaires.

Une hécatombe de dépôts de bilan dans quelques mois

Bien sûr, il y a des aides, mais comme le précise Brigitte Vitale, fondatrice de l’association Aide Entreprise, dans les colonnes de l’Est Républicain (16/11) « La bouffée d’air apportée par toutes ces aides donne une impression de sécurité illusoire. Une entreprise qui n’a pas de chiffre d’affaires pendant des mois n’est pas destinée à survivre » et elle craint une hécatombe de dépôts de bilan dans quelques mois. De nombreux experts craignent une recrudescence de suicides … comme cela s’est produit pour la patronne du restaurant Le Kenyah à Plougoumelen (Morbihan)

Parmi tous ces petits patrons trop invisibles et si solitaires, il y a bien entendu, les restaurateurs qui accueillent les conducteurs routiers. Là, il y a eu un vrai bras de fer entre le ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari, et sept organisations patronales et syndicales, très remontées. Le ministre a ensuite envoyé une note à l’ensemble des préfets, afin que chacun sélectionne, à la hâte, les restaurants disponibles pour assurer les services essentiels, repas et sanitaires, aux conducteurs routiers. https://www.transportissimo.com/transport-routier-colere-generale/

Ghislaine Boriller “Pourquoi n’a-t-on pas été choisi”

Ghislaine Boriller

De toute évidence, l’attente de la profession était toute autre et la déception perdure aussi du côté des restaurateurs. Le drame qui s’est noué au restaurant Le Kenyah, ZI Kenyah à Plougoumelen, à deux pas de la RN 165, axe majeur du sud de la Bretagne, prouve s’il en est besoin le grand désarroi des restaurateurs « Pourquoi n’a-t-on pas été choisi alors qu’il n’y a aucun établissement entre Muzillac et Lorient » s’étonnait Ghislaine Boriller, qui a repris en 2017 le restaurant créé par son père, Joël, 32 ans plutôt et décédé à 61 ans.  La restauratrice de 36 ans, maman d’un garçon de 10 ans, a mis fin à ses jours. Le seul fait de pouvoir continuer à travailler à minima lui aurait certainement donné le courage de poursuivre son chemin.

Un de ces voisins, patron d’une PME industrielle, a voulu laisser un message sur un compte Facebook, vite supprimé par il ne sait pas qui. Le voici : « Ghislaine, la patronne du Kenyah, le restaurant ouvrier situé à la zone du Kenyah à Plougoumelen,  nous a quittés cette semaine. Les mois ont été longs pour elle et son équipe, elle a affronté, comme beaucoup de restaurateurs, l’impact indirect du COVID. J’ai eu la chance et le plaisir de pouvoir manger une dernière fois avec elle ce lundi midi (le 9 novembre – ndlr). Mais elle n’allait vraiment pas bien. L’annonce d’ouverture de certains restaurants routiers et pas le sien lui a mis un sacré coup. Mardi soir, je n’ai pas su trouver les mots pour lui faire comprendre qu’elle devait se ressaisir. »

Un restaurant comme on les aime

La Préfecture du Morbihan nous répond

Pour conclure cet article, nous avons posé une seule question à la Préfecture du Morbihan « Comment sont choisis les restaurants référencés ? » Voici la réponse que nous avons obtenue « Afin de permettre la restauration des professionnels du transport, en période de confinement, le ministère en charge des Transports a autorisé, le 7 novembre 2020, l’ouverture d’un certain nombre de restaurants routiers sur le territoire national.
Dans le Morbihan, 6 restaurants routiers ont ainsi pu ouvrir sur décision effectuée au niveau national à compter du 7 novembre. Le 12 novembre, le nombre de ces restaurants routiers a été porté à 8, à la suite notamment de manifestations spontanées adressées auprès de la préfecture pour obtenir une autorisation d’ouverture. Le restaurant routier du Kényah à Plougoumelen ne faisait pas partie des établissements ayant sollicité ce réexamen.
Pour rappel, ces restaurants routiers ont pu de nouveau accueillir du public pour la restauration assurée au bénéfice exclusif des professionnels du transport routier dans le cadre de l’exercice de leur activité professionnelle, entre 18 heures et 10 heures. »

Lien vers la carte interactive des restaurants autorisés à recevoir des conducteurs routiers

https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/cartographie-des-haltes-pl-reseau-routier-national_433826#6/46.890/2.032

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES