Ecologie

Pollution, la technologie au service de la qualité de l’air

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat

Dans 30 ans, la population des villes aura doublée et le trafic, triplé. Partout sur la planète, les grandes villes sont et seront confrontées au même défi : lutter contre la pollution. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que près de 90 % de la population mondiale vit aujourd’hui dans des endroits où l’air est de mauvaise qualité. L’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) estime les préjudices économiques dus à la pollution atmosphérique à environ 5000 milliards de dollars américains à l’échelle mondiale, l’essentiel de cette somme correspondant à l’accroissement des dépenses de santé. « La qualité de l’air nous concerne tous », a déclaré Volkmar Denner, Président de Bosch.

Les progrès techniques et les changements de réglementation ont largement contribué à amélioration la qualité de l’air. Bosch met à profit ses ressources pour préparer les voitures de demain et améliorer un peu plus l’air que l’on respire. 

L’électromobilité l’objectif à atteindre

Pour cela, Bosch souhaite développer l’électromobilité. Il continue dans le même temps de développer de nouvelles technologies pour le moteur à combustion. L’objectif étant que le moteur à combustion n’ait presque plus d’impact sur la qualité de l’air dans nos villes. Bosch poursuit également le même objectif pour les véhicules à essence. En Europe, Bosch ne réalise plus aucun développement destiné à des moteurs à essence dépourvus de filtre à particules. L’entreprise de technologies et de services entend également minimiser les émissions de particules au freinage. L’iDisc de Bosch par exemple génère jusqu’à 90 % de poussière de freinage de moins qu’un disque de frein classique. Pour les véhicules électriques, le système de freinage par régénération de Bosch peut même éviter plus de 95 % des particules de freinage. 

Limiter les déplacements

Mais pour Bosch, la meilleure façon d’éviter la pollution est encore de limiter les déplacements. Pour cela, il met a disposition de ses employés des navettes pour éviter les trajets individuels. Bosch développe aussi le télétravail.

Electromobilité, transport en commun, le télétravail, de nombreuses solutions existent pour parvenir à réduire la pollution et améliorer la qualité de l’air.

Commentaires

commentaires