Ecologie

Paris une ville-jardin en plein chantier

Jean-Yves Kerbrat

La maire de Paris, Anne Hidalgo, poursuit sa campagne de communication et publie une tribune dans le site professionnel LinkedIn où elle annonce la transformation de Paris en ville-jardin « La ville est minérale, elle est faite de pierre, de bitume et de béton. À l’époque où les hommes ont utilisé tous ces matériaux pour bâtir immeubles, ponts et routes, c’était un progrès, une conquête contre la moiteur des marécages, la possibilité de se protéger des intempéries, de circuler plus facilement. La nature était repoussée en dehors de la ville ou cantonnée à des parcs et jardins entretenus par les hommes. Mais l’époque a changé. Nous nous rendons compte que nous avons besoin de nature. Elle contribue à notre bien-être. Nous en faisons tous l’expérience au quotidien. Mais aussi parce qu’elle nous est de plus en plus indispensable pour résister à la pollution et au dérèglement climatique. »

De belles images circulent pour faire rêver les parisiens avant les élections (doc.Apur)

Il est à constater que sur le plan des espaces verts, Paris ne fait pas partie des premiers de la classe. Paris affiche  5,8 m2 par habitant contre les 10 m2 recommandés par l’OMS. En matière de pollution atmosphérique, les concentrations annuelles de dioxyde d’azote y sont toujours deux fois supérieures à la norme européenne, de 40 µg/m3, avec les conséquences que l’on sait pour la santé … Mais les embouteillages provoqués par les travaux y sont pour beaucoup ! A propos du « verdissement », la maire poursuit « Bientôt, ce sera le cas dans le quartier de la Tour Eiffel, mais aussi sur les sept places réaménagées pour offrir plus d’espace à la nature ou encore dans les forêts urbaines qui prendront place devant l’Hôtel de ville et la Gare de Lyon, sur les quais de Seine et derrière l’Opéra Garnier. Dans ces quartiers, il sera enfin possible de jouir pleinement de notre patrimoine naturel et architectural. C’est dans la cohabitation des deux que réside la beauté de notre ville mais aussi notre bien-être. ».

Une circulation infernale avec une augmentation de la pollution Photos © J.Y.Kerbrat

Les livreurs doivent se débrouiller …

L’avis de l’élue, que les premiers sondages donnent gagnante au premier tour lors de la prochaine élection municipale en 2020, est sans doute partagé par de nombreux parisiens intramuros, de moins en moins nombreux compte tenu des prix de l’immobilier … Mais ce sont eux qui votent et se moquent pour la plupart des problématiques de circulation dans la capitale. La situation est devenue intenable pour les entreprises, que ce soient des prestataires du bâtiment ou des transporteurs venus livrer. Il va bien falloir trouver une solution … Pour le moment, Paris est un énorme chantier. Les palissades vertes et grises, comme les plots en béton, sont partout. La circulation extrêmement pénible pour les professionnels.

Les voies sur berges maintenant dédiées aux “circulations douces” Photos © J.Y.Kerbrat

Durant l’été 2019, plus de 7000 chantiers (7396 le 1er juillet) ont été recensés dans Paris. C’est une augmentation de 1300 par rapport au mois d’Avril. Selon des ouvriers que nous avons interrogés, les chantiers, concernant principalement la voirie, se poursuivront bien au-delà du mois de Septembre. De toute évidence, cela va poser d’énormes difficultés de circulations. Les livraisons en ville devront, de plus en plus souvent, se dérouler de nuit afin de pouvoir circuler et ne pas encombrer les chaussées durant la journée. Mais de toute évidence, ce sont des perspectives angoissantes pour les transporteurs. Les chantiers les plus perturbants, au nombre de 643, concernent la mairie de Paris et il s’agit, pour la majorité, de réduire l’emprise des véhicules automobiles. Les pistes pour les vélos se développent à grande vitesse. Mais la ville-musée doit vivre. Les habitants et les touristes, qui slaloment entre les palissades de chantier, doivent se nourrir … et qui est à la manœuvre !

Commentaires

commentaires