Politique

Manifeste de la FNTR pour l’avenir du transport routier en Europe

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
Les élections européennes se joueront le 26 mai. C’est donc à la veille d’une échéance importante que la FNTR a choisi de publier un Manifeste pour l’avenir du transport routier en Europe. Ce texte a été imaginé comme une feuille de route pour les 5 ans à venir s’appuyant sur les témoignages de professionnels et sur la réalité du terrain.

La position du Parlement Européen sur le Paquet Mobilité 1 montre que le sujet du transport en  Europe avance “mais beaucoup de chose restent à faire et les 5 ans de mandat à venir seront déterminants”, écrit la FNTR.

« Tous les jours, les transports routiers français vivent cette Union sans frontières géographiques ni économiques mais où beaucoup de disparités demeurent entre les États. Et tous les jours, ils se confrontent à des difficultés qui restent trop souvent sans réponse : manque d’harmonisation des règles, concurrence déséquilibrée, intérêts divergents entre les nations, etc. Nous souhaitons que chaque entreprise trouve sa place de façon juste et durable, quelle que soit sa localisation géographique sur le territoire européen », explique le Président de la FNTR, Jean-Christophe Pic, 

Les propositions de la FNTR pour construire une Europe du Transport forte :

Économique et social
  • Améliorer la régulation sociale et fiscale pour faire émerger un régime partagé des travailleurs mobiles sur tout le territoire européen ;
  • Renforcer les contrôles grâce à la division qui sera dédiée au Transport Routier International dans la nouvelle Autorité Européenne du Travail ;
  • Mettre fin aux exceptions encore trop larges en matière d’application de la directive détachement.
Transition énergétique & écologique

Créer un fond pour le financement de la transition énergétique dans le secteur du TRM, dédié aux PME et TPE ;

  • Adopter des politiques environnementales incitatives et reconnaître les efforts des transporteurs ;
  • Adopter un mode de calcul harmonisé des émissions de GES avec une approche « du puits à la roue » ;
  • Mieux responsabiliser le consommateur en interdisant la mention « frais de ports gratuits ».
Innovation & numérique
  • Standardiser le langage des API au niveau européen pour assurer l’interopérabilité des solutions d’échanges et donc faciliter la transition numérique ;
  • Favoriser une réelle dématérialisation des échanges
  • Légaliser la reconnaissance des données numériques ;
  • Faciliter et simplifier l’accès à la signature électronique qualifiée (règlement EIDAS) ;
  • Accompagner la transition numérique.

·         Favoriser l’automatisation et la robotisation pour répondre aux obligations en matière de lutte contre la pénibilité au travail

  • Permettre l’accès aux nouvelles technologies ;
      • Inciter les entreprises à entrer dans cette dynamique ;
      • Continuer de lutter contre l’idée reçue de destruction de l’emploi par l’automatisation des tâches.
Attractivité des métiers 

·         Créer des groupes de travail européens sur l’attractivité des métiers de la branche avec la Commission TRAN et au sein de la future Autorité Européenne du travail. 

Commentaires

commentaires