Politique

Loi LOM : les nationales vont-elles être privatisées ?

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
BAN_Cofisoft_oct19

Après deux rapports ( Le monde et France Info ) et deux amendements à la loi LOM, les rumeurs vont bon train au sujet de la privatisation des nationales françaises par les sociétés d’autoroute.

Alors que faut-il y comprendre ? Et surtout, quel crédit accorder à ces informations ? Pour les faits, deux amendements à la loi LOM ont fait réagir. Ils pourraient ouvrir la porte à une privation d’une partie des nationales françaises, ce qui n’est pas rien. 

Le premier amendement complète le code de la voirie publique. Désormais, les autoroutes peuvent comporter des sections à gabarit routier. Le second porte sur le texte lui même qui inclut le gabarit routier dans l’aménagement d’infrastructures « ayant pour effet de faciliter, sécuriser ou fluidifier l’accès à une autoroute ou aux itinéraires qui la prolongent ». Comprendre que les nationales pourront désormais être intégrées dans la concession.

En résumé, le principe général de l’intégration de voies à gabarit routier dans les concessions d’autoroute est bien prévu par le projet de loi, alors qu’il fallait jusqu’ici en passer par une loi au cas par cas. Cette possibilité reste cependant limitée, en principe, à de faibles portions, contiguës aux autoroutes. D’aucuns estiment toutefois que la formulation de l’amendement pourrait ouvrir la voie à des longueurs plus importantes”

Libération Twitter

La Ministre des transports, Elisabeth Borne, a déclaré qu’une telle mesure n’était pas dans l’intérêt des français. Toutefois, les deux rapports, celui du Monde ainsi que celui de France Info ne laissent pas trop de doute sur le fait qu’il se passe quelque chose… Mais quoi ? Lorsque certains avancent le nombre de 200 à 300 km de Nationale qui pourraient passer aux mains du privé, d’autres minimisent en évoquant une petite extension contiguë aux autoroutes.

Pour information, le réseau routier national représente près de 12 000 kilomètres. Il est estimé à 140 milliards d’euros. Plus besoin de chercher la poule aux oeufs d’ors…

Commentaires

commentaires