Les coûts du TRM – Premier bilan et projection à juillet 2022

Le choc d’inflation apparu à la fin de l’hiver 2022 impose de recenser rapidement les hausses de coûts apparues ces derniers mois, mais aussi celles programmées avec certitude dans un avenir proche.

En effet, le secteur du TRM connait des marges habituellement très faibles, situées entre 1 % et 2 % en moyenne, qui ne permettent pas d’absorber une forte inflation sans créer de déficit. L’urgence concerne également la gestion de la trésorerie.

Sans interférer dans la libre négociation commerciale entre transporteurs et donneurs d’ordre, ce document doit permettre aux entreprises de transport de se comparer à des tendances sectorielles, fondées principalement sur des certitudes et sur quelques hypothèses prudentes et réalistes établies jusqu’à juillet 2022.

Le CNR avait publié en novembre 2021 une première étude de prévision des coûts pour 2022. Dans cet exercice particulier, le CNR avait retenu un certain nombre de projections usuelles. Mais début 2022, l’actualité s’est accélérée avec la conclusion des NAO et une crise énergétique mondiale générée par la guerre en Ukraine.

Le contexte social du transport routier de marchandises, encore très incertain en novembre 2021, avait conduit le CNR à retenir deux scénarios de prévision, dépendant d’évolutions salariales plus ou moins marquées. Sur ce poste social prépondérant, comme sur de nombreux autres, beaucoup d’incertitudes ont été levées au cours du 1er trimestre 2022. Les accords paritaires signés en février 2022 sur les rémunérations conventionnelles et sur les indemnités forfaitaires de déplacement entrainent une augmentation de près de 10 % des coûts de personnel de conduite entre janvier et juillet 2022. L’incidence des NAO est aussi appliquée sur les postes personnels administratifs et d’atelier. Autre point désormais connu, les tarifs des péages de classe 4 sont revalorisés de + 2,1 % à partir du 1er février 2022.

Enfin, le suivi annuel indiciaire du CNR intègre pour 2022 des inflations significatives des prix d’achat de matériel de + 11 % et des coûts d’assurances de + 2,2 %.

Pour ces composantes de coûts, qui représentent en moyenne près de 64 % du prix de revient total des véhicules et 82 % du prix de revient hors gazole, aucune autre évolution majeure n’est attendue jusqu’à fin juillet 2022.

Même s’il demeure encore quelques incertitudes, l’acquis d’inflation des indices CNR semble d’ores et déjà majoritairement connu jusqu’au milieu de l’été. Il y a donc un sens, dès la fin du premier trimestre 2022, à tirer un premier bilan et établir de nouvelles évaluations d’inflation de coût jusqu’à juillet 2022. Cette cadence de l’actualité et de l’inflation est un autre argument pour limiter l’horizon des prévisions à juillet 2022. En effet, le second semestre pourrait réserver d’autres hausses significatives. Finalement, ce nouveau tempo, à la fréquence accélérée, est peut-être aussi celui que devront adopter les acteurs économiques pour leurs discussions tarifaires.

En projection, les évolutions de coûts hors gazole sur les sept premiers mois de l’année 2022 s’élèvent à + 4,9 % en longue distance ensemble articulé, + 5,3 % en régional ensemble articulé et + 5,6 % en régional porteurs. En rythme annuel ces hausses atteignent + 5,2 %, + 5,6 % et + 5,8 %.

L’inflation du prix de revient complet (avec gazole) en longue distance évaluée par le CNR atteint + 16,4 % sur les sept premiers mois de 2022 et + 19 % sur un an.

Voir le bilan complet du CNR ICI.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES