Les News

Le Premier Ministre passe un message écologique

Jean-Yves Kerbrat

Dans le cadre de la transition énergétique, le transport routier est concerné. Le Premier ministre, Édouard Philippe, et le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, ont visité, le 19 mai, la première installation expérimentale de production de biométhane liquéfié à usage carburant à partir des eaux usées qui avait été inaugurée il y a juste un an. « Cette expérimentation participera à l’émergence prochaine d’une filière de transport propre et neutre en termes d’émissions de CO2, en France mais aussi à l’international. » déclare Édouard Philippe.

Le gigantesque site de Valenton (Val-de-Marne) exploité par le SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne) dépollue chaque jour 2,5 millions de m³ d’eaux usées de près de 9 millions de franciliens, ainsi que les eaux pluviales et industrielles, pour rendre à la Seine et à la Marne une eau aussi saine que possible … la Maire de Paris n’a-t-elle pas promis de s’y baigner en 2024  (date des Jeux Olympiques qui pourraient s’y dérouler).

Le projet BioGNVAL, développée en partenariat avec Suez, permet pour la première fois en France, de transformer le biogaz provenant de la digestion des boues issues du traitement des eaux usées de la région Ile de France, en biométhane liquide produit localement, qui peut être utilisé comme biocarburant liquide pour les poids lourds et autobus mais aussi répondre à des utilisations dans l’industrie. Cette énergie verte présente les mêmes avantages que le gaz naturel tout en étant renouvelable et plus facilement stockable. Sous sa forme liquide le biométhane occupe 650 fois moins de place que sous sa forme gazeuse.

Un pilote et démonstrateur industriel ont été installés afin de valider tout le processus de transformation, fabrication et stockage. Cette innovation, portée par Suez, est rendue possible par le procédé de cryogénie, développé par Cryo Pur qui permet d’épurer le biogaz en séparant ses composés, méthane et CO2, afin de produire du biométhane puis de le transformer en biocarburant liquide.

Le projet BioGNVAL, aujourd’hui finalisé, démontre qu’il est possible de produire de l’énergie à partir des eaux usées. Le carburant obtenu n’émet pas de particules fines, réduit de 50% les émissions sonores et de 90% les émissions de CO2 par rapport à un moteur diesel. Le démonstrateur industriel BioGNVAL permet de traiter près de 120 Nm3/h de biogaz, de produire 1 tonne par jour de BioGNL, soit le plein de 2 poids lourds. Les tests réalisés démontrent que les eaux usées de 100 000 habitants permettent de produire suffisamment de BioGNL pour alimenter 20 bus ou 20 camions. Reste à développer les stations afin d’inciter les transporteurs à s’équiper.

Commentaires

commentaires