Ecologie

Les jours du pétrole comme carburant sont comptés

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
BAN_Cofisoft_oct19

Selon une étude publiée par la BNP Paribas, le secteur pétrolier n’a encore jamais connu dans son histoire le type de menace que l’électricité renouvelable incarne. Le pétrole est en danger. Cela fait forcément écho à l’annonce faite il y a 3 mois de l’arrêt des ventes de voitures à énergie thermique à horizon 2040.

Qu’il s’agisse d’essence ou de diesel, les jours du pétrole comme carburant pour véhicules utilitaires légers sont clairement comptés. Notre analyse EROCI montre que l’économie des nouveaux projets éoliens et solaires combinés aux véhicules électriques va devenir irréversible.

Extrait du rapport

Des véhicules électrifiables

36% de la demande de pétrole brut vient aujourd’hui des véhicules utilitaires légers susceptibles d’être électrifiés. On comprend alors aisément que les pétroliers ont du soucis à se faire. En effet, selon l’étude, l’électricité pourrait facilement remplacer jusqu’à 40% de la demande mondiale de pétrole.

L’étude montre aussi qu’à processus égale résultant de la livraison du pétrole ou de l’électricité renouvelable, les véhicules électriques fourniraient 6,2 fois à 7 fois plus d’énergie utile que l’essence au pétrole à 60 USD / baril et que 3,2 fois à 3,6 fois plus que le diesel. De plus, ces données sont basées sur les coûts et les taux de rendement d’aujourd’hui. On sait qu’au fil du temps, les coûts des énergies renouvelables baisseront mais pas leur efficacité qui augmentera.

Comme dans nos prévisions précédentes, nous prévoyons une parité de prix entre les véhicules électriques et les véhicules à combustion interne d’ici le milieu des années 2020 dans la plupart des segments, bien que le premier segment se croise d’ici 2022 et qu’il existe une grande variation entre les zones géographiques et les segments de véhicules. En attendant que cela soit réalisé, un soutien politique sera nécessaire sur la plupart des marchés.

Citation extrait du rapport

Les pétroliers ont grosso modo 25 ans pour s’organiser…

Retrouvez l’étude complète ICI

Commentaires

commentaires

Ban_FrancoAllemand_Oct19