Les News Vie des entreprises

La FNTR prédit une rentrée sous haute tension dans le transport routier

Jean-Yves Kerbrat

« Notre Fédération n’est rien d’autre que la voix de ses adhérents et partout en France leur discours est le même : trop c’est trop. Sans changement de cap, sans inflexion des mesures prévues, les transporteurs se mobiliseront. Nous tirons aujourd’hui la sonnette d’alarme : les risque de débordements sont sérieux. Nous demandons aux pouvoirs publics d’entendre cette colère. » déclare Jean-Christophe PIC, Président de la FNTR. 

Jean-Christophe Pic, président de la FNTR

Selon le président de l’organisation professionnelle l’affaire est sérieuse et le ras-le-bol profond. Il prédit des manifestations et même des risques de débordements en régions. La FNTR réunissait aujourd’hui, 4 juillet, ses instances décisionnaires. A l’ordre du jour, les différentes annonces gouvernementales d’augmentation de la fiscalité sur les entreprises du secteur. Et le diagnostic est sans appel : pour de très nombreuses entreprises partout en France, sans changement radical de cap du gouvernement, la ligne rouge sera franchie.

Le transport routier de marchandises, ce sont 600 000 emplois directs dans 40 000 entreprises. Il s’agit d’un secteur performant qui irrigue l’ensemble de l’économie. Le TRM transporte 88% des biens. Malgré ce dynamisme, le secteur devrait prendre de plein fouet les mesures fiscales annoncées par le gouvernement pour les prochains PLF et PLFSS. 

Ainsi, la liste des annonces se présente déjà comme un point de non-retour pour les transporteurs : 
– Taxation accrue avec la suppression du Gazole non routier 
– Taxation accrue avec la suppression des avantages de la DFS 
– Taxation accrue avec la diminution des allègements Fillon 
– Taxation accrue sur les Contrats courts 
– Taxation accrue avec l’augmentation de la TICPE
– Taxation accrue avec la requalification de la fiscalité des entrepôts.


…sans compter un alourdissement général des normes réglementaires induisant une augmentation des charges des entreprises. Au total : une facture insupportable dépassant largement le 1 milliard d’euros. De nombreuses entreprises ne pourront tout simplement pas y survivre. Selon la FNTR qui annonce sans détour une rentrée sous haute tension. Le secteur stratégique du transport routier s’affirme sur le dossier de la transition énergétique mais il représente seulement 5,7% des émissions de CO2 équivalent et 1,7% des émissions de particules fines (chiffres CITEPA Juin 2019

Commentaires

commentaires