IRU Transport routier : crise mondiale … solutions mondiales

IRU, COVID-19, transport routier

La semaine dernière, l’IRU (International Road Union) a lancé un appel mondial pour une action immédiate et concertée des gouvernements et des organisations mondiales afin de garantir que le flux de marchandises continue de se déplacer et de stabiliser les réseaux de mobilité.

Ayant contacté plus de 30 organisations et institutions internationales clés dans le monde, nos appels sont malheureusement largement sans réponse.

Le Secrétaire général de l’IRU, Umberto de Pretto prend vigoureusement la parole « Nous sommes extrêmement préoccupés par le manque de coordination et d’approches individuelles mises en place par les gouvernements du monde entier. La communauté mondiale ne peut faire face à cette pandémie que si elle agit ensemble. Pour cela, les gouvernements doivent regarder au-delà de leurs intérêts individuels et adopter une approche pragmatique dans le cadre d’une action coordonnée avec les institutions mondiales »

Secrétaire général de l’IRU, Umberto de Pretto

Pour aider le transport routier à continuer de fournir les biens nécessaires, ces actions demandent une coordination mondiale immédiate

1. Harmonisation des normes et conditions de sécurité pour les conducteurs

Aujourd’hui, les conducteurs revenant de voyages internationaux sont souvent placés en quarantaine forcée de 14 jours, même s’ils ne présentent aucun symptôme. Ces mesures doivent être remplacées par l’accès à des outils de test et d’hygiène gratuits, afin de garantir que les conducteurs puissent continuer à travailler en toute sécurité pour livrer les marchandises dans de bonnes conditions.

2. Garder les frontières fluides sans contrôle systématique sur Covid-19

Il existe une mosaïque d’approches nationales individuelles pour les opérations frontalières. Certains pays ont même fermé complètement leurs frontières au fret routier, d’autres les ont fermés aux conducteurs de certaines nationalités, quelle que soit la provenance du camion.

Les pays doivent garder leurs frontières ouvertes, harmoniser les procédures d’inspection et de santé sur la base des normes internationales, et mettre un terme aux contrôles systématiques qui conduisent à l’immobilisation des marchandises dans de longues files d’attente.

3. Aider les entreprises de transport – en particulier les PME

Les petites et moyennes entreprises – souvent familiales – sont l’épine dorsale du transport routier à travers le monde et représentant jusqu’à 90% de notre industrie. Ces PME doivent recevoir une aide financière prioritairement et simples d’accès, pour éviter des faillites imminentes et des impacts économiques durables sur les chaînes d’approvisionnement et de mobilité.

Beaucoup de temps perdu au passage des frontières

 

  1. Des décisions économiques efficaces

    Nous commençons à voir des mesures efficaces au niveau régional ou national, par exemple la Chine a supprimé tous les péages routiers à travers le pays pour tous les véhicules, jusqu’à la fin de la pandémie. Il a également placé les PME chargées du transport des biens essentiels et des nécessités quotidiennes comme priorité absolue pour l’aide financière.

L’Union Européenne a publié des lignes directrices sur les voies express vertes pour les camions pour faciliter le passage aux frontières, et certains pays lèvent les réglementations sur les temps de conduite et les restrictions de livraison.

Les Etats d’Amérique du Nord ont coordonné leurs politiques frontalières en ne permettant que les véhicules commerciaux pour les besoins essentiels.

Cependant, ces mesures doivent être étendues à l’échelle mondiale, afin que le secteur puisse survivre et continuer à fournir des biens essentiels à la population mondiale.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES

TRM MAGAZINE N° 6 DISPO !