Les News Vie des entreprises

Groupe Berto, les choix de développement où l’Humain a toute sa place

Jean-Yves Kerbrat
BAN_Cofisoft_oct19

Un leader français s’est développé ces dernières années dans une discrétion qui correspondent à son histoire. Le Groupe Berto a atteint aujourd’hui une dimension nouvelle qui le porte à la pointe du marché français de la location de véhicules industriels avec conducteurs. Misant sur la complémentarité de ses activités, sur une croissance externe maîtrisée et sur une politique de ressources humaines attractive, la petite entreprise familiale est devenue une ETI qui rayonne désormais sur l’ensemble du territoire français et même au-delà des frontières hexagonales. Créateur de solutions globales, le Groupe Berto a réalisé, en 2018, un chiffre d’affaires de 293.4 M€, en hausse de 11%, tout en préservant une rentabilité avantageuse à hauteur de 19 % de l’EBITDA. Mais pour obtenir des résultats de ce niveaux, il faut des idées et des relations sociales dynamiques. La preuve par l’Homme, est une devise forte qui anime l’esprit de cette entreprise qui déploie des politiques RH et RSE volontaristes en se préparant à accueillir 10 000 collaborateurs à l’horizon 2025. Les dirigeants souhaitent poursuivre des politiques de rémunération, de formation et de promotion interne particulièrement attractives qui se renforcent autour de 3 axes : social et citoyen, environnemental et économique.

Au fil des rachats et des créations de nouvelles activités, le Groupe Berto s’est positionné aux 4 coins de l’Hexagone. Il compte désormais 59 implantations réparties sur tout le territoire. Et son rayonnement ne se limite pas à la France. Berto exporte également ses savoir-faire sur la scène internationale. Sa filiale avignonnaise Combipass, loueur de matériel de transport multimodal en  Europe, est devenue leader sur le marché du « Dry  Bulk » (vrac solide). Implanté à St Michel sur Orge (91), Artys, spécialiste du transport, de la logistique et du stockage du  spectacle vivant, du théâtre et de l’événementiel rayonne dans plus de trente pays d’Europe et du Maghreb. Simpliciti, acteur historique de l’informatique embarquée, dont le siège est basé à Saint-Aunès (34), opère en Belgique, Suisse et Espagne ainsi que sur tout le continent africain depuis sa filiale marocaine. Résultat, en 2018, le Groupe Berto a réalisé 3% de son chiffre d’affaires hors de France. La tendance devrait s’accélérer encore. En 2018, le Groupe Berto a mis le cap vers la Pologne où il a acquis, à Varsovie, deux entreprises désormais réunies sous le nom de Berto Polska.

Mais ouvrons une page d’histoire. Tout commence en 1963, à Avignon. Emile Berto crée Transports Berto, avec un véhicule et un client exclusif. En 1977, Pierre-Yves Berto, actuel Président du Conseil de Surveillance, rejoint l’entreprise familiale et impulse une politique volontariste visant à développer des offres complémentaires. Avec de nouveaux services, avec de nouveaux produits et des réponses adaptées à des secteurs d’activité diversifiées, le Groupe construit patiemment un large éventail de solutions. Résultat, 55 ans après sa création, le Groupe réunit aujourd’hui une dizaine de métiers allant de la location de véhicules industriels à l’informatique embarquée en passant par la location de matériels d’élévation ou de matériel de transport multimodal jusqu’à la formation et les prestations de conseil délivrées par son bureau d’études.

Dès les années 1990, le Groupe Berto fait le choix de la croissance externe. Sa première acquisition remonte à 1994 avec l’intégration de Locatac, société de location de véhicules basée en région parisienne, qui deviendra Berto IDF Nord. Puis 25 ans plus tard, le Groupe vient de signer sa 18ème acquisition, l’une des plus importantes de son histoire. Avec le rachat des 6 sociétés opérationnelles du Groupe parisien TDS, Transports Déplacements Services, spécialisées dans la location de véhicules industriels avec et sans conducteur pour la courte et longue durée, il se renforce sur la location longue durée de véhicules industriels sans conducteur.

Commentaires

commentaires

Ban_FrancoAllemand_Oct19