Épisode 4 : Carburants alternatifs : Quelles stratégies adopter ?

Contenu sponsorisé

Votée en décembre 2019, la loi d’orientation des mobilités (LOM) a fixé l’interdiction des ventes de « véhicules à énergies fossiles carbonées » à l’horizon 2040. Le point avec Altens.

Si cette transition énergétique vers une mobilité durable est louable, elle présage d’un vrai casse-tête dans le choix d’énergies alternatives au diesel ou à l’essence. Les enjeux sont de taille : quelle stratégie adopter dans son mix énergétique ? Sur quels critères se fonder pour choisir son biocarburant ? Le facteur « prix » est-il finalement le « mieux-disant » ? Dans ce contexte, comment mettre en place un plan de transition énergétique dans votre entreprise ?

Aujourd’hui, le transport routier fait partie des principaux contributeurs d’émissions de dioxyde de carbone. L’entrée en vigueur de nouvelles réglementations, de plus en plus strictes, demande aux fabricants et aux transporteurs de mettre en place des solutions durables, pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Pour les acteurs du transport, cette nouvelle posture environnementale exige la mise en place d’un plan d’actions global, qui tient compte de plusieurs facteurs : choix du véhicule, motorisation, utilisation de biocarburants, usages du parc, etc.

Si les carburants alternatifs apportent une réponde en termes de réduction de CO2 et de polluants atmosphériques, ils n’offrent pas tous les mêmes performances. Lequel choisir ? Pour quel rendement ? A quel prix ? Il faut donc apporter du sens dans sa prise de décision afin de réussir sa transition énergétique.

3 critères majeurs devront être pris en compte :

  • Le parc existant et les usages
  • Les performances de consommation de la flotte existante
  • Le rendement en d’émission de CO2 du carburant alternatif

 

Aujourd’hui, nous sommes encore aux balbutiements des biocarburants dans les flottes captives. Quelques camions, par-ci par-là, roulent « verts », pour optimiser le mix énergétique d’une entreprise ou par souci de communication. Mais demain, il faudra raisonner autrement et prendre en compte plus précisément l’empreinte carbone du parc de véhicule, et non pas sur le nombre de véhicules propres vs. véhicules fossiles. Pour cela, il faudra comparer le prix au litre, les réductions de CO2 promises, pour obtenir un prix indicatif par kg/CO2 économisé. Il n’existe donc pas de recette magique ou de produit miracle pour équiper une flotte en biocarburant. Il conviendra de prendre en compte de multiples critères (choix du véhicules, motorisation, usage, maintenance, rendement en émissions de CO2, performances…) afin de bâtir un mix énergétique sur-mesure, adapté à chaque problématique.

L’art de conjuguer enjeux économiques et défis environnementaux

Aujourd’hui, les acteurs du transport sont tous convaincus de la nécessité d’une transition écologique. Si les biocarburants apportent des solutions énergétiques immédiates, ils ont chacun leurs avantages et inconvénients : surconsommation pour les uns, prix au litre plus élevé pour les autres… Difficile donc, de se repérer et de déterminer précisément l’énergie qui répondra parfaitement à ses problématiques, à des coûts maîtrisés.

Pour vous accompagner dans la compréhension de ces biocarburants Altens vous conseille, étudie l’ensemble des composantes du coût total d’acquisition, dont la consommation, et analyse la performance énergétique et écologique, etc.

Par exemple, le PUR-XTL est le seul carburant alternatif, dont le prix €/L est supérieur à une énergie fossile. La raison est double : d’une part, sa technologie de production est beaucoup plus complexe que les autres biocarburants. D’autre part, contrairement à ses « confrères », il ne bénéficie pas d’allègement de taxe. À l’aune de tous ces éléments, le PUR-XTL apparaît finalement comme un biocarburant, dont le prix au litre est « net », sans mauvaises surprises sur la maintenance, la garantie ou la valeur résiduelle du camion, ou l’évolution de la fiscalité.

La sous-consommation du carburant PUR-XTL (-4,5% constatés par l’ADEME sur des autocars MAN EURO 6 ou -3% par DAF) et la réduction de l’encrassement du moteur seront donc deux atouts à prendre en compte pour lisser le surcoût au litre de carburant, et surtout il n’engage pas d’investissement supplémentaire car tous les moteurs diesels neufs ou anciens sont compatibles. Par ailleurs, le PUR-XTL est éligible au remboursement de la TICPE. Il s’agit bien d’une réponse immédiate pour décarboner votre flotte avec -90% de baisse d’émission de CO2.

Altens vous conseille dans la décarbonation

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES