Daimler Truck et BP : infrastructure hydrogène en Grande-Bretagne

Daimler Truck AG et BP seront les pionniers du déploiement d’une infrastructure hydrogène soutenant ainsi la décarbonisation du transport de marchandises au Royaume-Uni.

Ils ont l’intention de piloter à la fois le développement de l’infrastructure hydrogène et l’introduction de camions à pile à combustible alimentés à l’hydrogène au Royaume-Uni. En vertu de leur protocole d’accord, BP évaluera la faisabilité de la conception, de la construction, de l’exploitation et de la fourniture d’un réseau de 25 stations de ravitaillement en hydrogène au Royaume-Uni d’ici 2030. Ces stations seront alimentées par BP en hydrogène “vert”, produit à partir d’eau et d’énergies renouvelables. En complément, Daimler Truck prévoit de livrer des camions à pile à combustible alimentés à l’hydrogène à ses clients britanniques à partir de 2025. 

Daimler Truck a pour ambition de proposer uniquement des véhicules neufs neutres en termes de CO2 en circulation (“du réservoir à la roue”) en Europe, en Amérique du Nord et au Japon d’ici 2039. L’entreprise se concentre à la fois sur les technologies neutres en CO2 : les batteries et les piles à combustible à base d’hydrogène. Actuellement, le constructeur de camions teste un nouveau prototype de son camion Mercedes-Benz GenH2 sur voie publique en Allemagne. Les premiers camions GenH2 produits en série devraient être livrés aux clients à partir de 2027. Daimler Truck a une nette préférence pour l’hydrogène liquide. Dans cet état, le vecteur énergétique présente une densité énergétique par rapport au volume bien plus élevée que l’hydrogène gazeux.

Par conséquent, les réservoirs d’un camion à pile à combustible utilisant de l’hydrogène liquide sont beaucoup plus petits et, en raison de la pression plus faible, nettement plus légers. Les camions disposent ainsi de plus d’espace de chargement et d’une charge utile plus importante. En même temps, il est possible de transporter plus d’hydrogène, ce qui augmente considérablement l’autonomie des camions. Ainsi, la version de série du camion GenH2, comme les camions diesel classiques, conviendra aux transports longue distance sur plusieurs jours, difficiles à planifier, et où la production quotidienne d’énergie est élevée.

Afin de contribuer à l’avenir de la mobilité et des services pour les clients, BP dispose déjà de 11 000 points de recharge pour véhicules électriques dans le monde et entend étendre son réseau à 70 000 points d’ici 2030. En complément, l’accord conclu aujourd’hui représente les premières mesures prises par BP pour déployer l’hydrogène dans les transports. Elle a également l’intention de développer des stations de ravitaillement en hydrogène en Europe et a déjà des plans pour des stations de ravitaillement en hydrogène en Allemagne.

Au Royaume-Uni, BP prévoit de construire une installation de production d’hydrogène à Teesside, qui pourrait produire 1 GW d’hydrogène bleu à partir de gaz naturel intégré avec capture et stockage du carbone. BP étudie également le potentiel de l’hydrogène vert dans la région, notamment en soutenant le développement de Teesside en tant que premier centre de transport d’hydrogène du Royaume-Uni. Ces activités soutiennent l’objectif du gouvernement britannique de développer une production d’hydrogène de 5 GW d’ici 2030.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES