Chine-France pôle position ferroviaire

Alors que ce 25 juin la coalition 4F “Fret Ferroviaire Français du Futur” rassemblant tous les opérateurs et les entreprises de transport ferroviaire, présentait son rapport en faveur d’un plan de relance global du fret ferroviaire français à moyen et long terme, il fallait se tourner vers la Chine pour capter une actualité concrète. Après 19 jours d’un voyage de 11920 kilomètres entre la ville de Nanchang et le terminal ferroviaire de Paris-Valenton (94), le train est arrivé le mardi 23 juin. Dans les conteneurs, du matériel médical dont la France a besoin pour reconstituer les stocks dont 20 millions de masques chirurgicaux, des gants, des sacs hydrosolubles, des distributeurs de gel sans contact qui seraient installés dans toutes les écoles de la région parisienne pour la rentrée de septembre ainsi que d’autres équipements pour le personnel hospitalier.

Association Cosco Shipping et Forwardis (SNCF)

A l’arrivée, Lyazid Benhami, vice-président de l’Association des Amitiés Franco-Chinoises de Paris, a déclaré « cette opération du premier train sanitaire en provenance de la Chine vers la France prouve que les relations franco-chinoises sont plus solides que jamais et désormais la logistique a rejoint la coopération scientifique. ». À l’origine de ce projet de liaison ferroviaire Chine-France, le groupe chinois Cosco Shipping, et Forwardis, une filiale de SNCF Logistics, ainsi que BIFP, distributeur de la marque Hygial sont associés.

Nicholas Giraud

Nicholas Giraud, directeur international du Transport ferroviaire de marchandises de SNCF, a précisé que la solution ferroviaire s’est révélée la plus efficace en termes de coûts et de capacité d’emport « ce train représente l’équivalent de six avions cargos tout en coutant 30 fois moins cher et l’empreinte carbone est 15 fois inférieure » . Les opérateurs souhaitent proposer aux entreprises françaises et chinoise des solutions en train occasionnels en développant des wagons de fret avec des essieux à écartements variables capables de s’adapter aux différentes voies de chemin de fer en Europe occidentale, en Russie et en Chine. Dans quelques années il serait possible de relier la Chine et l’Europe en dix jours, pensent les partenaires.

Développement du lien Chine-France par le rail

Lancé en 2011, les services de transport ferroviaire Chine-Europe sont considérés comme une initiative importante pour faciliter le commerce entre la Chine et les pays participant au programme. Malgré la pandémie de coronavirus, les services se sont maintenus comme un moyen de transport fiable. De janvier à mai de cette année, le nombre de trains de fret Chine-Europe a augmenté de 28% et le volume de marchandises expédiées était en hausse de 32% en glissement annuel, alors qu’un total de 12.524 tonnes de matériel de protection contre l’épidémie a été expédié.

Il y a quelques temps, un train affrété par Gefco a transporté des pièces automobiles entre Wuhan et la France. « Sécuriser le premier train complet de Wuhan jusqu’en France a constitué une étape importante pour GEFCO face aux défis mondiaux issus de la crise du COVID-19. En cette période difficile, notre offre ferroviaire démontre toute sa valeur en tant que solution durable, économique et fiable. Nous sommes heureux de constater, à mesure que les pays reprennent leurs activités, que les restrictions sont progressivement levées »  avait alors déclaré AliceDefranoux, Global Rail Manager chez GEFCO.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES

TRM MAGAZINE N° 6 DISPO !