Après-Covid, l’ONU appelle à la reconstruction

Covid-19 : près d’un an après le début de la pandémie, l’ONU appelle le monde à relever le défi de la reconstruction

A l’occasion d’une session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée à la réponse à la pandémie de Covid-19, de hauts responsables onusiens ont invité les dirigeants du monde à relever les défis énormes de la reconstruction post-Covid.

Le monde entier est confronté à une menace commune

« Près d’un an après le début de la pandémie, nous sommes confrontés à une tragédie humaine et à une urgence de santé publique, humanitaire et de développement », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un discours lors de cette session jeudi. « Pour la première fois depuis 1945, le monde entier est confronté à une menace commune, indépendamment de la nationalité, de l’appartenance ethnique ou de la religion ». Il a ajouté « Nous sommes confrontés à la plus grande récession mondiale en huit décennies ».

Le chef de l’ONU a rappelé que l’impact social et économique de la pandémie est énorme et croissant et qu’elle a frappé le plus durement les plus pauvres et les plus vulnérables, avec un impact dévastateur sur les personnes âgées, les femmes et les filles, les communautés à faible revenu, les personnes marginalisées et isolées.

Il a souligné également que, dès le départ, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) « a fourni des informations factuelles et des conseils scientifiques qui auraient dû servir de base à une réponse mondiale coordonnée », mais que « malheureusement, bon nombre de ces recommandations n’ont pas été suivies »  Souvent, la nécessaire solidarité n’a pas jouée « Et dans certaines situations, il y a eu un rejet des faits et une ignorance des directives. Et quand les pays vont dans leur propre direction, le virus va dans tous les sens » a poursuivi Antonio Guterres.

Antonio Guterres secrétaire général de l’ONU

Des dégâts qui s’étaleront sur des années, voire des décennies

Alors que des vaccins pourraient devenir disponibles dans les semaines et les mois à venir, le Secrétaire général a prévenu qu’un « vaccin ne peut pas réparer des dégâts qui s’étaleront sur des années, voire des décennies à venir alors que l’extrême pauvreté augmente et la menace de famine se profile. Nous sommes confrontés à la plus grande récession mondiale en huit décennies » s’alarme-t-il.

Dans ce contexte, le chef de l’ONU a invité la communauté internationale à reconstruire le monde en mieux. « Alors que cette année difficile tire à sa fin, prenons la résolution de prendre les décisions et les actions difficiles et ambitieuses qui mèneront à de meilleurs jours à venir »

« L’ONU doit montrer la voie »

Le Président de l’Assemblée générale, Volkan Bozkir, a noté pour sa part que personne n’aurait pu imaginer, il y a un an, ce qui allait se passer.

La pandémie de Covid-19 a perturbé la vie de tous dans le monde et constitue un défi « qui ne ressemble à aucune autre crise au cours des 75 ans d’histoire des Nations Unies », a-t-il dit dans son allocution.

Selon lui, le monde attend des Nations Unies qu’elles fassent preuve de leadership, se mobilisent et prennent des mesures concrètes pour relever ce défi. « Cette crise nous oblige à bousculer la façon dont les choses se font, à être audacieux et à restaurer la confiance dans l’ONU », a-t-il ajouté. « L’ONU doit montrer la voie ».

Selon le Président de l’Assemblée générale, cette session extraordinaire est un moment historique pour les États membres, les Nations Unies, la communauté scientifique et la société civile, « d’écouter les uns les autres, d’engager un dialogue sur les conséquences multiformes de la pandémie ainsi que sur les moyens de récupérer mieux et plus fort ».

« Ce n’est pas le moment de pointer du doigt. Nous nous sommes réunis ici pour tracer la voie et mettre fin à la souffrance des personnes que nous servons », a-t-il ajouté.

« Nous n’étions pas préparés pour la Covid-19, mais nous devons être prêts pour la prochaine pandémie, catastrophe climatique ou récession mondiale. Parce qu’une crise de cette ampleur va survenir, et nous devrons y faire face quand elle se produira », a dit M. Bozkir.

Selon lui, si le relèvement post-Covid est correctement planifié et coordonné, il peut relancer les Objectifs de développement durable, accélérer l’action sur les infrastructures résilientes, améliorer l’accès à l’éducation et aux soins de santé et mieux protéger le monde naturel qui nous entoure.

« En 1945, les sceptiques pensaient que l’idée d’un système multilatéral, avec une organisation d’une légitimité incomparable en son cœur, était impossible. Mais même à cette époque de tragédie inimaginable, le monde s’est réuni – pour le bien de l’humanité. Je suis sûr que nous pourrons le faire encore une fois », a-t-il conclu.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES

TRM MAGAZINE N° 7 DISPO !