2019, une bonne année pour le transport routier

L’Observatoire du véhicule industriel (OVI) a publié les résultats 2019 des secteurs du transport routier de marchandises et du véhicule industriel. Une année positive pour les immatriculations, notamment dans le 3,5 t et le BTP.

Selon l’Observatoire du véhicule industriel (OVI), les véhicules immatriculés en France dans le secteur du transport routier de marchandises ont augmenté de 2,2 % au deuxième trimestre 2019 après une hausse de 3,9 % au premier trimestre. “Néanmoins, le transport reste encore soumis à une fiscalité mal ciblée dans le contexte concurrentiel européen maîtrisé et un déficit de recrutement” explique l’OVI dans son rapport. La Pologne devient le nouveau leader européen en détrônant l’Allemagne. Côté français : le pavillon prend la quatrième place pour l’activité globale avec un poids de 8,6 % du total transporté, soit la moitié du polonais, et le seizième rang pour l’activité internationale, soit vingt fois moins que le leader. Les pavillons est-européens représentent 33 % du trafic européen précise l’OVI.

Année positive pour le BTP

Dans la plupart des segments et métier, les marchés immatriculations ont connu une bonne année 2019, avec un impact très fort de tous les véhicules liés aux activités du BTP. Le secteur “a été marqué par les grands travaux et la volonté des communes de rattraper les retards pris dans l’investissement en infrastructures en début de mandat, et donc par une forte croissance de l’activité TP” ajoute l’OVI.

Autre évolution : “On notera l’évolution de la transition énergétique des carrossiers constructeurs, mouvement auquel les carrossiers frigorifiques participent brillamment” commente l’OVI. Le marché de la carrosserie affiche en 2019 un niveau élevé d’immatriculations, suite à l’afflux des commandes depuis mi-2018. “Il reste dorénavant à suivre la décrue amorcée au second semestre afin d’essayer d’en mesurer la portée à moyen terme.”

La bonne santé des 3,5 t

Autre bonne nouvelle pour le marché européen des immatriculations : 400 000 véhicules 3,5 tonnes en 2019. L’Allemagne est le plus gros contributeur en dépassant les 100 000 unités sur douze mois, soit une progression de 6,4 %. La France est le deuxième contributeur avec 14,3 % de part de marché. Les pays de l’Europe du Nord progressent de 6 %, la Grande-Bretagne de 3,3 % et le Bénélux de 2,7 %.

Cependant, tous les pays ne suivent pas cette tendance. En effet, l’OVI note un recul de l’Espagne avec – 3,6 % et l’Italie avec – 7,8 %. Les pays de l’Europe de l’Est subissent quant à eux une “pause modérée”. La Pologne, qui affiche son leadership avec 42 % des immatriculations des pays de l’Est, “suit le repli global de 6,6 % avec une baisse de 5 % d’immatriculations”.

Inquiétude pour les véhicules d’occasion

Tous les marchés ne sont pas touchés par la vague positive 2019. En effet, le marché de la distribution fait face à un retournement de tendance sur les véhicules d’occasion. L’activité est positive, avec un niveau satisfaisant pour l’après-vente incluant la vente de contrats d’entretien, les distributeurs ont ressenti une baisse dans les commandes dès le début du second semestre. “Le marché des véhicules d’occasion, et surtout le marché tracteur cristallise les inquiétudes”, explique l’OVI. “En effet, plusieurs années consécutives de livraisons de véhicules neufs au plus haut niveau dans un contexte d’accélération de la rotation des parcs suscitent dorénavant une tension dans les circuits de seconde main : augmentation des délais de stockage et pression sur les prix caractérisent ce marché sous tension (baisse des prix estimée à 8 % en moyenne).”

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES

TRM MAGAZINE N° 6 DISPO !