Paroles d'experts TRM le Guide

XPO Logistics passe à l’eCMR pour Coca-Cola

Renaud Chasle
Ecrit par Renaud Chasle

Depuis un an et demi, XPO Logistics intègre la solution Transfollow à son système d’information afin de dématérialiser les lettres de voiture des transports qu’il effectue quotidiennement pour son client Coca-Cola. L’eCMR est ainsi en passe de se généraliser chez le transporteur qui automatise la gestion et la mise à disposition des lettres de voiture à l’ensemble de ses partenaires.

Le projet implique Trimble Transport & Logistique dont l’informatique embarquée sert de support à la lettre de voiture électronique et permet de faire signer les expéditeurs et réceptionnaires. Au centre du système le Transfollow Portal est connecté au TMS de XPO et à l’informatique embarquée via un module dédié. Ce portail web utilise les données nécessaires à l’établissement de la CMR issues du TMS (adresse, nom du client, bon de commande…) puis les données terrain de géolocalisation du camion, d’horodatage des chargements/livraisons ou de poids issues de l’ordinateur de bord Trimble. La solution Transfollow compile alors les informations pour établir la CMR électronique. Le conducteur y accède sur sa tablette embarquée, peut modifier ou compléter les champs à l’écran puis faire signer le responsable à l’enlèvement et à la livraison. Il est possible d’ajouter des documents numérisés à la lettre de voiture, de préciser des réserves ou d’associer des photos. En cas de contrôle routier, l’eCMR a valeur légale et peut être présentée aux forces de l’ordre sur la tablette.

Facturation en un jour

Une fois que la livraison est effectuée et l’eCMR signée, les documents remontent automatiquement sur le portail et sont accessibles par Coca-Cola via l’espace web Transport Portal. Chaque partenaire est informé par email de la mise à disposition de la lettre de voiture qui est accessible également dans le TMS de XPO. « Le process de facturation, qui nécessitait autrefois 11 jours entre l’envoi par la poste des CMR papier tous les 6 jours par les conducteurs puis leur traitement manuel par le service administratif (5 jours), est aujourd’hui ramené à un jour. Les coûts associés dont ceux de stockage des CMR papier sont nécessairement réduits », commente la responsable informatique de XPO Logistics, Stéphanie Chanal. Le transporteur n’a pas précisé les réductions du coût unitaire de l’eCMR mais Transfollow estime qu’il diminue entre 40% et 70% par rapport à la lettre de voiture papier. « Selon une étude réalisée en 2103 aux Pays-Bas sur la base d’un taux horaire de 18,55€, le coût unitaire de la CMR estimé à 6,23€ (en tenant compte des coûts d’édition, de signature, de gestion, d’archivage) est ramené à 1,69€ dans un format électronique. Selon les volumes le tarif Transfollow varie entre 1€ et 40 centimes par eCMR », précise Alexis Perinet-Marquet, directeur marché et développement de Transfollow.

Coca-Cola moins sous pression

« Pour Coca-Cola et nos clients principalement de la GMS, tout ce qui permet au transporteur de remonter de l’infirmation est intéressant », témoigne Frédéric Lion, responsable IT de Coca-Cola European Partners. « Les avantages de l’e-CMR sont ainsi nombreux et notre travail actuel consiste à démocratiser le concept auprès tous nos clients et prestataires. Le Zéro papier satisfait tous les acteurs de la chaîne. Avec environ 18 millions de CMR papier qui circulent en France, les enjeux écologiques sont majeurs. L’eCMR permet aussi de remonter la preuve de livraison en temps réel. XPO le fait déjà via la solution Trimble mais cela n’a pas de valeur juridique contrairement à l’eCMR. Via le portail digital XPO Connect ou le Transport Portal de Transfollow, tous les services internes ont accès en même temps aux données et savent où en sont les livraisons. On observe une plus grande réactivité et une meilleure gestion des réserves qui sont mieux documentées (grâce aux commentaires et photos ajoutées), ce qui améliore notre service client. Prochainement on va numériser le bon de livraison, encore au format papier, qui sera intégré à la lettre de voiture électronique ».

Interfaces en projet

A l’avenir, XPO Logistics espère généraliser l’eCMR à l’ensemble de ses transports. « Il faut pour cela encore intégrer nos transporteurs sous-traitants au process électronique et interfacer directement les SI des chargeurs avec ceux de Transfollow » précise Stéphanie Chanal. « Pour nos sous-traitants qui utilisent l’application Drive XPO, nous avons prévu d’intégrer l’eCMR sous forme d’une nouvelle fonctionnalité. Ils pourront ainsi gérer et transférer les lettres de voiture dématérialisées via leur outil habituel. Nous prévoyons ensuite d’intégrer directement l’ERP Coco Cola European Partners dans le système Transfollow pour que la lettre dématérialisée puisse être utilisée directement. Par exemple si des observations ou remarques ont été ajoutées à la lettre, cette information pourra remonter immédiatement ou générer une alerte aux gestionnaire sans avoir à éplucher manuellement les lettres ni à rechercher dans les documents papier ». Et Frédéric Lion d’ajouter : « sur certains de nos sites, le conducteur fait son enregistrement lui-même, charge lui même et repart. D’ici peu de temps il ne rencontrera plus personne. Le fait de pouvoir intégrer directement la solution dans notre ERP permettrait d’utiliser des QR codes pour valider et tracer toutes les étapes de transport ».

« Transfollow fournit des connecteurs afin d’interfacer les TMS et autres systèmes d’information du transport » ajoute Alexis Perinet. « La solution est également disponible sous forme d’application autonome sur le Google Play, par exemple pour les sous-traitants. Il suffit de télécharger l’application Transfollow pour bénéficier des accès et de la signature à la livraison pour remonter l’eCMR ». Enfin pour sécuriser les échanges de data Transfollow explique travailler avec une société spécialisée pour intégrer sa solution dans une Blockchain.

L’eCMR sécurise le transport

Thierry Grumiaux, FNTR
« La lettre de voiture est au centre de tous les processus qui gèrent une opération de transport. C’est à partir de la validation de la lettre de voiture à la livraison qu’on va pouvoir facturer, c’est aussi à partir des réserves qu’on va pouvoir mettre sur la lettre de voiture que le dossier litige avec l’assurance va être généré, c’est aussi grâce à la lettre de voiture que les corps d’intervention par exemple les pompiers pourraient accéder aux documents sur la marchandise en cas de feu d’incendie de matière dangereuse. Avec la lettre électronique on peut accélérer et sécuriser un grand nombre de process. Il y a aussi un intérêt pour les organes de contrôle de cabotage. Pour la gendarmerie ou la Douane on a un document électronique qui va permettre de certifier que la réglementation a bien été respectée par le transporteur mais aussi par tous les autres acteurs ».