VOLVO

Volvo Trucks travaille pour rendre les camions plus propres 

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
Ban_cofisoft


Pour accélérer le développement des solutions de transport propre, Volvo Trucks continue d’investir pour mettre sur les routes des camions de moins en moins polluants. Poussés par l’union européenne et sa décision de réguler les émissions de CO2 produites par les poids lourds, Volvo et la majorité des constructeurs ont fait de cette cause leur cheval de bataille.

« Réduire les émissions des poids lourds nocives pour le climat est une tâche non seulement extrêmement importante, mais également fondamentale dans le cadre de nos initiatives de transport durable. Chez Volvo Trucks, nous sommes bien partis pour relever ce défi. Il n’est pas étonnant que l’UE décide maintenant de limiter les émissions de CO2. Cependant, afin d’accélérer la transition, nous souhaiterions que davantage d’incitatifs financiers soient offerts aux premiers clients qui opteront pour des véhicules plus respectueux du climat », a déclaré Roger Alm, président de Volvo Trucks. 

Les camions électriques peuvent contribuer à la réduction des émissions de CO2. C’est pourquoi Volvo Trucks a lancé ses premiers modèles de camions dotés de groupes motopropulseurs électriques en 2018 et débutera la production en série au cours de l’année. 

« Nous en sommes à un stade où la technologie pourra bientôt être appliquée à plus grande échelle au transport par poids lourd. Si la demande est stimulée et que le nouveau réseau des infrastructures de recharge s’étoffe, le volume pourra lui aussi augmenter à un rythme supérieur à la normale », selon Lars Mårtensson, directeur Environnement et Innovation de Volvo Trucks. Les autres solutions favorables au climat impliquent notamment l’utilisation de gaz naturel et de biogaz. Faire fonctionner un Volvo FH GNL au gaz naturel permet de réduire les émissions de CO2 d’environ 20 % par rapport au diesel. Avec le biogaz, les émissions « du puits à la roue » (TTW) peuvent être totalement éliminées. 

Toutefois, Volvo Trucks n’abandonne pas le thermique et continue de développer les camions diesel qui constituent actuellement la grande majorité de ses ventes. Le constructeur tient à rappeler que depuis le début des années 1990, la consommation de carburant et les émissions de CO2 d’un camion longue distance Volvo type ont chuté d’environ 20 %*. Or, d’autres améliorations sont envisageables, avec des groupes motopropulseurs plus efficaces, une résistance de roulement inférieure, et une meilleure aérodynamique. Chaque camion doit être optimisé en fonction de sa tâche de transport spécifique. 

« Si toutes les parties du système de transport collaborent pour atteindre un même objectif, nous pouvons obtenir une réduction bien supérieure de l’impact climatique. Meilleure logistique, accès simplifié aux biocarburants, formation des conducteurs à la conduite économe en carburant, remorques aérodynamiques, amélioration des normes routières, et développement des opportunités d’utilisation de véhicules à grande capacité, voilà notamment comment les autres parties peuvent apporter leur contribution », a déclaré Lars Mårtensson. 

Commentaires

commentaires