Les News

Vœux 2016 Ségolène Royal occupe le terrain du transport

Le transport public engloutit de gros budgets difficiles à financer
Le transport public engloutit de gros budgets difficiles à financer
Jean-Yves Kerbrat

Tout au long du mois de janvier, les vœux se multiplient, se chevauchent et permettent aux ministres de pousser des propositions et d’en attendre les réactions. Certaines intéressent le transport routier. Ségolène Royal ne déroge pas à la tradition avec deux annonces très différentes émises lors des vœux du Groupement des autorités responsables de transport (GART), organisation présidée par Louis Nègre, sénateur-maire de Cagnes-sur-Mer. La ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie annonce d’une part «  Je voudrais que l’AFITF ait des moyens supplémentaires de l’ordre de 200 à 300 millions d’euros par an, qui pourraient provenir d’une augmentation de la contribution climat énergie, prélevée sur le gazole. C’est une demande que j’ai faite au gouvernement pour que ça soit adopté et je pense que ça va l’être » ajoutant que «  compte tenu de la baisse du prix du pétrole, il est tout à fait normal que le gazole participe avec une taxe supplémentaire à l’abondement de l’AFITF » (agence de financement des infrastructures de transports de France).

J.Y.KERBRAT IMG_7415

Ségolène Royal multiplie les annonces

Souvenons-nous que le 16 septembre 2015, Philippe Duron, président de l’AFITF et député du Calvados, s’était prononcé, après l’abandon de l’écotaxe, en faveur d’une majoration de la TICPE en réclamant même une augmentation de 1 centime d’euro en faveur de ce financement. Selon lui, cela représentait une recette supplémentaire de 350 M€. Toutefois, L’Etat en avait décidé autrement et le montant prélevé sur le gazole et qui serait alloué à l’agence en 2016 devait diminuer et passer à 715 M€. Depuis, le travail de lobbying a fait son chemin et devrait réjouir les protagonistes des investissements publics d’infrastructures de transport, dont les routes sont exclues. Regrettant que les normes mises dans la loi de transition énergétique aient été affaiblies dans les textes d’application, Ségolène Royal a également souhaité que « le prêt à taux zéro de la Caisse des dépôts soit étendu aux transports propres dans les villes car on doit mettre la barre très haut en donnant une incitation »

IMG_2907

Peut-être un coup de pouce aux taxes

Lors de la même cérémonie de vœux, la ministre s’est penché sur une innovation proposée par Colas et qui pourrait s’appeler « la route de l’énergie » ou encore la « route électrique ». Il est vrai que Hervé LeBouc, président de Colas, le jour de la présentation au président de la République, avait déclaré « Notre procédé Wattway est aujourd’hui sans équivalent dans le monde. La route solaire participe au défi de la transition énergétique et constitue une brique essentielle de la smart city » (lire notre article http://www.transportissimo.com/wattway-de-colas-la-route-qui-fabrique-de-lelectricite/ )

20150928_00262_009_web-740x1111

la route photovoltaïque est pour demain

La ministre de l’écologie et de l’énergie a donc souhaité (et même annoncé la création) de 1000 kilomètres de routes couvertes de dalles photovoltaïques d’ici à 5 ans. L’énergie solaire est captée à travers une feuille de silicium polycristallin qui produit du courant. Selon le créateur, Wattway s’adapterait à tous les types de routes et supporterait la circulation de tous les types de véhicules, y compris les poids lourds. Colas assure qu’un seul kilomètre de route ainsi équipée permettrait d’éclairer une ville de 5000 habitants, alors qu’un tronçon de 4 mètres – d’une surface de 20 m2 – fournirait l’électricité à un foyer, hors chauffage.

Reste à savoir quelles seront les suites données à ces annonces.