Les News

Transport routier, un premier trimestre mitigé 

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat


Le baromètre de la FNTR, qui prend la température auprès des professionnels sur la situation de leur entreprise, passe de +14,5 au 1er trimestre 2017 à +20 au 1er trimestre 2018. Cependant, on enregistre une nette baisse au 1er trimestre 2018 par rapport au 4e trimestre 2017 passant de +41 à seulement +20 points. 

Entre le 1e trimestre 2017 et le 1e trimestre 2018, le moral des chefs d’entreprise du transport routier de marchandises français pour compte d’autrui (TRM) progresse mais redescend au 4ème trimestre.

C’est à partir du 4e trimestre 2017 que l’activité connait une baisse de croissance, en cause le commerce de détail et la grande distribution. Les entreprises du TRM enregistrent alors une légère baisse de leur activité.

Le coût du carburant n’y est pas pour rien. +4,3% entre le 1er trimestre 2017 et le 1er trimestre 2018 ; +4,8% entre le 4e trimestre 2016 et le 4e trimestre 2017 et +0,87% au premier trimestre 2018, ces hausses successives amènent les entreprises françaises du TRM à travailler avec le gazole le plus cher d’Europe.

Le baromètre de la FNTR révèle enfin que dans les prochains mois, les chefs d’entreprise du TRM s’attendent à ce que leur activité régresse encore sans influence toutefois sur les besoins en effectifs de conducteurs qui sont toujours en hausse. « Au 1e trimestre 2018, l’activité du TRM est en léger repli en raison, notamment, d’une conjoncture moins porteuse pour ses principaux secteurs clients et pour l’industrie. Cette situation entame quelque peu le moral des chefs d’entreprise qui reste cependant à un niveau élevé et se traduit par des perspectives d’évolution favorable des effectifs si le secteur parvient à résorber ses difficultés de recrutement. » conclut Jean-Christophe Pic, Président de la FNTR.

Commentaires

commentaires