Les News

Transport routier, les conducteurs inquiets

Mardi 18 avril première action au Port de Gennevilliers
Jean-Yves Kerbrat

Selon la CGT, associée à l’ETF (European Transport Workers’ Federation), qui a publié un communiqué et organisé un premier blocage symbolique d’une heure du port de Gennevilliers (92) mardi 18 avril à la mi-journée, « la commission européenne qui travaille sur un nouveau paquet routier, envisage de taper fort contre les conditions de travail des conducteurs et cela peut faire très mal » peut-on lire. Et d’expliquer que cela amènera à la généralisation de la semaine de 56 heures sur plusieurs semaines d’affilées alors qu’actuellement la répartition du travail est limitée à 90 heures sur 2 semaines.

Les adhérents de la CGT Transports lors d’une précédente action

Selon l’organisation syndicale, à laquelle F.O. s’associe, il y aura nécessairement une augmentation du temps de conduite, la légalisation du repos dans la cabine durant plus de 3 semaines (aujourd’hui limité à 12 jours) et le retour en arrière par la pause de 45 minutes découpée en 3 pauses de 15 minutes. Selon la CGT, il s’agit d’améliorer la rentabilité des entreprises, car selon le syndicat, il n’y aurait pas de compensation financière prévue, mais aussi de renforcer le dumping économique et social de la part de certains pays aux coûts salariaux plus faibles.

Bruxelles, prochaine étape

Après cette première journée de faible mobilisation, rendez-vous est pris à Bruxelles le 26 avril avant d’autres actions possibles au mois de juin si rien ne bouge avant. »Il s’agit, une fois, de plus de défendre une profession malmenée par les instances européennes. Les prochaines actions dépendront des négociations à venir » confirme Thierry Lillier, secrétaire fédéral de la CGT Transports joint au téléphone.

Commentaires

commentaires