Vie des entreprises

Transport routier, la guéguerre inutile de la représentativité

Jean-Yves Kerbrat
Ban_cofisoft


Depuis déjà plusieurs années … bien trop longtemps, une tension néfaste anime les relations entre les organisations professionnelles et au-delà le poids d’une représentation qui doit être, de préférence, unitaire face à des enjeux chaque jour plus urgents et plus importants pour conserver sa compétitivité à la filière française du transport routier.

Alors qu’Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux transports s’était récemment prononcé pour la reconnaissance de l’OTRE en demandant à l’organisation professionnelle de reprendre sa place dans les négociations paritaires, place perdue depuis la décision de la Cour administrative d’appel de Paris le 8 décembre 2016 annulant la décision de représentativité du 7 septembre 2012, voici une nouvelle salve de la FNTV (transport de voyageur) sous l’entête de l’Union des Fédérations des Transports, regroupant également FNTR, TLF et CNM, qui se plaint d’un Ministre qui bafoue la justice.

Crise de jalousie contreproductive d’une organisation professionnelle qui a plus à gagner en créant un climat favorable à la défense de la profession plutôt que de s’acharner sur d’autres professionnels qui ont, au quotidien, les mêmes préoccupations. Et pourquoi les 3000 adhérents de l’OTRE auraient-ils moins de valeur et de droits que les 1500 adhérents de la FNTV qui écrit par ailleurs « La Loi du 5 mars 2014 prévoit que les dossiers de candidature à la représentativité présentés par les organisations patronales doivent être fortement documentés sur les critères retenus. Les dossiers sont déposés, en cours d’examen et les décrets établissant la représentativité seront publiés courant du 1er semestre 2017 » Alors, pourquoi ne pas attendre sereinement cette échéance qui selon toute attente confirmera la légitimité de l’OTRE comme des autres organisations qui auront déposé leurs dossiers dans les temps.

Jean-Marc Rivera, secrétaire général national adjoint de l’OTRE précise dans un communiqué « La reconnaissance de l’OTRE par le monde institutionnel et professionnel est indiscutable. Six autres fédérations siégeant en commission paritaire (Union TLF, Fedimag, FNAP, FNAA, FNTS et CNSERT) l’ont bien compris et n’ont jamais contesté la représentativité de l’OTRE. » et de conclure « Les attaques incessantes subies par l’OTRE ont contribué à renforcer sa détermination et à accélérer son développement. Plus que jamais, l’OTRE sera, à la publication des résultats de la loi du 5 mars 2014, la seule fédération regroupant des PME, sans influence des grands groupes du transport à capitaux financiers. L’OTRE participera de nouveau aux négociations collectives lors de la prochaine commission paritaire qui se tiendra le 7 mars 2017 et pour laquelle, elle est convoquée. »

N’est-il pas temps de calmer le jeu …

Commentaires

commentaires

Solutions_Home