Les News Vie des entreprises

Transport routier, blocage du marché de Rungis, vandalisme et menace sur les conducteurs

Jean-Yves Kerbrat

Les gilets jaunes sont à la manœuvre. La préfecture du Val de Marne est avertie qu’une initiative de blocage du marché de Rungis est programmée depuis lundi 17 décembre au 26 décembre. Pour le moment, lundi matin, une trentaine de chauffeurs VTC se sont installés depuis 05h30 à Rungis (94). Ils ne laissent passer que les camions français à la porte de Thiais, au niveau du centre commercial de Belle Epine, côté RN 7. Ils ont été rejoints par quelques gilets jaunes. Pour l’instant, il n’y a qu’un seul accès bloqué, mais les organisateurs de cette nouvelle initiative préviennent que les autres accès au plus important marché de gros européen rassemblant 1200 entreprises pourraient être à leur tour bloqués.

Un projet de blocage irresponsable jusqu’au 26 décembre … 

Le but de la manœuvre est d’empêcher d’entrer et donc de livrer aux camions étrangers. Les camions français auraient un libre accès. Cette méthode semble ingérable pour qui connait la circulation dans ce secteur de l’Ile de France. D’autre part, des difficultés d’accès auraient des conséquences catastrophiques. Au mois de décembre, les quantités livrées explosent pour atteindre 120 000 tonnes durant le mois de décembre. C’est le double des quantités habituelles.  « L’idée c’est de bloquer l’économie » assurent les manifestants qui préviennent que le mouvement pourrait être reconductible tant que « le président de la République n’aura pas entamé des négociations sur les différentes revendications ».

Les gilets jaunes qui s’apparentent à des bandits de grand chemin

Il n’y a pas qu’à Rungis où le transport routier est à la peine. Méfiance sur les autoroutes. Des conducteurs se plaignent de vandalisme. Un conducteur explique « Voilà ce qui se passe quand des cagoulés bloquent la RN4. Ils bloquent les camions. Les bloqueurs demandent de rester dans les cabines. Et pendant ce temps-là, le pillage des chargements est organisé. Gendarmerie et préfecture sont prévenus, leur réponse : « Restez dans vos cabines pour votre sécurité. Nous les connaissons mais ils sont plus nombreux que les forces de l’ordre, nous sommes en sous-effectifs ». La Gendarmerie viendra après le blocage pour constater les dégâts et prendre les plaintes … Est-ce acceptable dans un pays civilisé ?

Les conducteurs sont à bout … 

Dans le Gard, que penser du sort d’un conducteur intercepté par les Gendarmes et mis en garde-à-vue pour « délit de fuite et mise en danger de la vie d’autrui« . Le reproche ? Ce conducteur a écrasé le campement de fortune de gilets jaunes, qui servait de barrage, installé sur la rocade d’Alès, samedi vers 22h30. Il ne supportait plus d’être bloqué sur cet axe, à hauteur du rond-point de la route de Bagnols-sur-Cèze. Il a décidé de forcer le blocage. Il a percuté avec son camion les éléments du filtrage imposé par les manifestants. Un gilet jaune aurait été légèrement blessé dans la manœuvre et le chauffeur routier a continué sa route… Une course-poursuite avec des gilets jaunes s’est engagée sur plusieurs kilomètres, jusqu’à Uzès, où le chauffeur a été interpellé par les Gendarmes. Dimanche matin, il était en garde à vue …

lettre du préfet du Val de Marne

Commentaires

commentaires