Transporteurs

Best of 2015 Transport innovant l’écocombi roule en Belgique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Jean-Yves Kerbrat

Une année s’achève, l’économie ne s’arrête pas pour autant … le transport routier de même. Voici un retour en arrière, avant de reprendre le volant dès lundi 4 janvier.

Le 13 août 2015

Après les pays du Nord de l’Europe et la Hollande, la Belgique s’intéresse à l’exploitation des écocombis qui étaient un temps appelés eurocombis. Mais compte tenu des vétos de plusieurs pays, éco a été associé à combi pour ces ensembles routiers de 25,25 mètres qui remplacent sur la route une semi-remorque et demie.

Le parlement du Benelux s’est déplacé chez GVT Versteijnen à Tilburg, une entreprise de transport et de logistique qui exploite 45 écocombis aux Pays-Bas. Officiellement appelé « le Conseil interparlementaire consultatif du Benelux », c’est l’une des institutions de l’Union Benelux créée par un accord signé par la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg,  le 5 novembre 1955. Cette institution permet d’étudier des solutions qui peuvent bénéficier aux trois pays. Il a un rôle consultatif et n’a pas le pouvoir de prendre des décisions. La visite s’est déroulée dans le cadre des activités de la commission « collaboration transfrontalière », présidée par le néerlandais Joost Taverne (VVD). L’idée pour le futur serait d’ouvrir les frontières des trois états aux écocombis lorsque ceux-ci seront définitivement autorisés à circuler en Belgique.

ninatrans

En Belgique, à titre expérimental, Ninatrans et Ab-InBev exploitent un premier écocombi sur les routes flamandes après avoir obtenu une licence spécifique. Le véhicule sera utilisé pour le groupe AB InBev, dans le cadre du projet pilote, qui examinera l’impact des écocombis. Celui-ci suivra un trajet fixe et approuvé à partir de Ninantrans, localisé à Heverlee jusqu’au port d’Anvers.

L’entreprise Ninatrans, créée il y a 40 ans par Jules Smets et dirigée par la troisième génération, exploite 105 tracteurs et 265 remorques. Elle met l’accent sur la sécurité et l’écologie.  Cela a été le cas lors de la mise en service du premier camion à gaz de LNG ainsi que la première remorque teardrop aérodynamique et à présent le premier écocombi belge. Deux écocombis remplacent trois semi-remorques classiques. L’impact environnemental par unité de transport est inférieur de 33 pour cent avec une consommation supplémentaire fonction du poids supplémentaire qui est, selon le transporteur, relativement limitée.

Solutrans728x90