Les News

La transition énergétique française pourrait être retardée à cause du transport 

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
Ban_cofisoft


Alors que l’Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA) et la société américaine des météorologistes publient un rapport pour le moins alarmant sur l’état du réchauffement de la planète et des conséquences qui s’y rattachent, la France est en passe de ne pas atteindre ses objectifs climatiques fixés à 2023 d’après le ministère de la Transition écologique lui-même. En cause : le transport et le BTP.

D’après un rapport daté du 19 juillet dernier par le ministère de la Transition écologique et solidaire, la France serait en retard dans sa transition écologique. L’une des causes invoquées – alors même que le secteur du transport et plus spécialement le transport routier montre de la bonne volonté en matière de solutions durables – la forte progression du trafic routier en raison des prix bas à la pompe, de l’explosion du e-commerce et du recours encore trop faible aux solutions propres comme le GNV ou l’électrique.

Selon les derniers calculs de la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), la France devrait émettre 18 millions de tonnes par an de gaz à effet de serre (GES) en trop pour son premier budget (2015-2018). Le document indique cependant que ce retard devrait être rattrapé à moyen terme, entre 2024 et 2028, à condition que des mesures concrètes en faveur de la réduction des émissions carbones soient prises.

Le temps presse et la loi sur la transition énergétique a déjà 3 ans. Votée en 2015, elle prévoit notamment que la consommation d’énergie française soit abaissée de 20% en 2030 et de 50% d’ici 2050. La France tiendra-t-elle ses engagements ? 

Commentaires

commentaires

Ban_cofisoft