Les News

SpaceTrain, le projet qui peut faire du bien à la France

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
Ban_cofisoft


L’Aérotrain version 2018, baptisé SpaceTrain, a été remis au goût du jour par Emeuric Gleizes, entrepreneur et fondateur de la startup Jacques Vaucanson crée en 2017 et spécialisée dans la recherche et le développement de systèmes robotiques autonomes. Ce qui devait être l’Hyperloop à la française prendra finalement son propre chemin en décidant de ne pas faire circuler le train en tube considéré comme trop cher et pas assez sûre.

Ce à quoi pourrait ressembler l’intérieur des navettes.

Depuis les années 60, près de 50 ans ont passé. Spacetrain n’est désormais plus une idée folle de l’ingénieur Jean Bertin mais bien un projet qui a aujourd’hui toutes les technologies et ressources à sa disposition pour réussir à faire circuler un train autonome monté sur coussins d’air dont les navettes pressurisées et sécurisées pourront accueillir de 20 à 40 passagers. On estime la vitesse moyenne de circulation de l’ordre de 540 km/h. Comme son « ancêtre », il circulera sur une voie en «T» inversé. 

Année 60, l’aérotrain est à l’essai entre les ville de Saran et Ruan.

Le projet qui sort de la phase d’étude entre actuellement dans la phase 2. Si vous vous êtes déjà promenés entre Saran et Ruan, dans la région Centre-Val de Loire, vous avez sans doute remarqué un édifice pour le moins déconcertant, un monorail en T inversé. Alors que dans les années 60, le projet de Jean Bertin était avorté, il fut décidé de garder en l’état le drôle de rail suspendu. Il se trouve que ce rail est assez bien conservé pour imaginer y faire des essais moyennant 21 millions d’euros de travaux. Spacetrain et la Direction Départementale des Territoires étudient en ce moment la possibilité de réhabiliter cette voie expérimentale. Si le projet aboutit, 2 ans de chantier seront nécessaires. 

Une gare à l’image de son train, futuriste.

Le coût de développement, étude et ingénierie, est estimé à ce jour à 12 millions d’euros. De plus, le projet étant suffisamment mature, les équipes peuvent avancer le chiffre de 8 millions d’euros par km ( pour comparaison, une ligne TGV coûte environ 20 millions euros au km ). Pas si cher  pour redonner à la France sa place de leader technologique et industriel… Si tout se passe bien, l’équipe de Spacetrain estime à 2025 la date de mise sur le marché en France et à l’étranger.

 

Commentaires

commentaires

Ban_cofisoft