Vie des entreprises

Situation tendue au Havre, le transport routier en otage

manifestation blocage
Jean-Yves Kerbrat

Ras le bol des grèves et des barrages. Philippe Bonneau, secrétaire général d’OTRE Normandie l’écrit à Jean-Marc Magda, directeur de cabinet de la préfète de Région. Cela se passe d’autres commentaires … sinon, qu’il faut savoir terminer une grève et laisser travailler ceux qui le souhaitent! Aux dernières nouvelles, une intervention de la police a permis de dégager, dans la soirée de mardi 7 juin, cette zone stratégique pour l’activité du port du Havre.

« Monsieur le Directeur de Cabinet,

Je fais suite à l’entretien téléphonique que j’ai eu, en début d’après-midi, avec Monsieur Mercier, votre adjoint au Cabinet, pour lui confirmer les conséquences de la situation absolument scandaleuse des blocages sans préavis qui ont lieu en ce moment et depuis ce matin sur la zone industrielle du Havre ou des manifestants bloquent l’accès aux terminaux portuaires mais également aux sites des entreprises empêchant toute personne d’entrée mais également de sortir de cette zone.

Outre cela, à l’intérieur de cette zone, se trouvent littéralement pris en otages des conducteurs avec leurs ensembles routiers la plupart stationnés sur le parking du Centre routier à Gonfreville l’Orcher et dans l’impossibilité totale de quitter l’endroit les manifestants leur refusant tout mouvement… Tous les services de restauration et d’accès aux sanitaires du Centre routier sont fermés, aucun des personnels d’exploitation n’ayant pu se rendre à leur poste ce matin. Les conducteurs présents sur le parking, plus d’une centaine de personnes livrées à elles-mêmes, et, encore une fois, sans aucune possibilité de se restaurer et de vivre décemment, manifestent un sentiment total d’abandon. Je porte à votre connaissance que les esprits s’échauffent et que des heurts sont prévisibles si la situation n’est pas rapidement rétablie. Il est impensable qu’une minorité prive les uns et les autres d’un droit essentiel et d’une liberté publique fondamentale qui est celle d’aller et venir en exerçant qui plus est son travail.

C’est intolérable.

Nous n’ignorons pas que vous êtes personnellement mobilisé en cherchant une solution à ce qu’il convient bien d’appeler un blocus sauvage, dans tous les sens du terme !

Solennellement, notre organisation demande que l’État fasse montre de son autorité et que ces pseudos manifestants aux méthodes de preneurs d’otages soient mis rapidement hors d’état de nuire en faisant cesser cette situation.

Nous vous demandons de bien vouloir nous tenir informés des mesures envisagées avant que la situation  ne dégénère.

Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur de Cabinet, en l’assurance de ma considération respectueuse. Philippe Bonneau secrétaire général de l’OTRE Normandie »