Vie des entreprises

9 ministres des transports ouest-européens à Paris

Jean-Yves Kerbrat

Alain Vidalies, notre secrétaire d’Etat chargé des transports invite à Paris, ce mardi 31 janvier, ses collègues allemand, autrichien, belge, danois, italien, luxembourgeois, norvégien et suédois au lancement d’une « Alliance du routier ». Comme la commission européenne, les représentants de ces pays ont constaté que le transport routier de marchandises est aujourd’hui en Europe confronté à une concurrence déloyale reposant fortement sur le dumping social. « Ce secteur est en particulier victime du recours à la fraude sophistiquée et au détournement des règles du marché intérieur et du droit du travail. » confirme Alain Vidalies.

alain vidalies SECRETAIRE ETAT TRANSPORTS

Alain Vidalies reçoit ses collègues

A travers cette initiative collective, neuf pays décident d’avancer plus vite pour défendre un transport routier de marchandises s’effectuant dans une concurrence équitable et saine entre les acteurs économiques, d’un bout à l’autre de l’Europe des 27, et pour garantir les droits sociaux des travailleurs. Elle fait suite à une dynamique déjà engagée ces derniers mois par plusieurs pays européens afin de défendre cette vision dans les instances européennes.

IMG_2625

Des contrôles insuffisants

Alain Vidalies en est certain, en lançant mardi « l’Alliance du routier », ces pays signeront un plan d’actions permettant de poursuivre plusieurs objectifs. En particulier, faire converger certaines mesures nationales d’application de la réglementation européenne pour faciliter leur application par les opérateurs et améliorer la vie des travailleurs et les pratiques de contrôle sur la base des expériences mutuelles et renforcer la coopération pour rendre plus efficace la lutte contre la fraude.

commissaire europeenne

Violeta Bulc sur le terrain

Alors que la commission européenne s’est saisie du dossier, porté par la commissaire en charge des transports de nationalité slovène, Violeta Bulc, il s’agit pour les neuf pays qui se retrouvent à Paris mardi de contrer les pays de l’Est européen dont les entreprises emploient des conducteurs dont les conditions de travail et de rémunération génèrent une forte disparité concurrentielle. La Pologne est chef de file d’une douzaine de pays de l’Union qui combattent une réglementation « disproportionnée » souhaitée par l’Allemagne et la France qui prévoit d’imposer, à partir du 1er juillet, son Smic aux chauffeurs routiers étrangers. Reste à savoir si un accord pourra être trouvé selon le souhait de Violeta Bulc qui déclare « Je veux trouver un compromis entre les États membres avec les normes sociales les plus basses et ceux avec les normes sociales les plus élevées »

IMG_4010

La France est le pays le plus emprunté par les camions européens

Deux députés européens, dont la socialiste néerlandaise Agnes Jongerius, sont chargés de suivre le passage du projet au Parlement. Cette dernière estime que le transport routier « est le secteur où l’exploitation des travailleurs est la plus visible ». Elle trouve « très étrange » que la Commission ait séparé le sort des routiers des autres travailleurs détachés, auxquels s’applique le projet de loi ad hoc. La Commission a proposé une refonte de la directive sur les travailleurs détachés en mars dernier. Si les négociations traînent encore longtemps, les conducteurs de camion risquent de se retrouver dans une zone de non-droit. Affaire à suivre …