Vie des entreprises

Ségolène Royal veut réduire la place du transport routier

J.Y.KERBRAT IMG_7384
Jean-Yves Kerbrat

Dans un communiqué diffusé lundi 18 janvier au soir, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie rappelle, une nouvelle fois, que le secteur des transports représente en 2014 près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre, dont 95 % pour le transport routier. Le transport routier de marchandises contribue pour environ 27 % des émissions du secteur, soit 8 % du total des émissions de gaz à effet de serre. C’est une bonne raison pour renforcer le soutien au transport combiné de marchandises, pour diminuer les dites émissions de gaz à effet de serre. La ministre décide donc de mettre en place un soutien exceptionnel aux services réguliers de transport combiné comme elle s’y était engagée lors de la Conférence environnementale. L’objectif est d’inciter le recours aux modes ferroviaire, fluvial ou maritime sur le maillon principal de la chaîne logistique en réservant le transport routier aux parcours d’approche.

Photo

Le transport fluvial représentait 2,4% du transport des marchandises en 2012

Ainsi, un complément exceptionnel de 10 M€ par an doit être apporté par le fonds de financement de la transition énergétique, doté de 750 M€ et géré par la Caisse des Dépôts. Les bénéficiaires sont les opérateurs de transport combiné retenus après un appel à manifestation d’intérêt européen pour leurs services réguliers exploités à partir de terminaux en France. La première tranche de 10 M€ est ainsi allouée pour 2015 à une trentaine d’opérateurs de transport combiné, dont 15 en ferroviaire, 13 en fluvial et un en maritime, pour leur trafic réalisé en 2014. Ce trafic, équivalent à 880 000 poids lourds, a ainsi permis d’éviter l’émission d’environ 500 000 tonnes de CO2.

conteneur multimodal sur train

Les transporteurs savent utiliser le rail qui représente 10 % des volumes transportés

Selon Ségolène Royal « Cette aide permettra d’accompagner les professionnels du transport de marchandises vers un modèle économique compétitif, en vertu du protocole conclu le 17 novembre dernier entre les organisations professionnelles et le gouvernement. » Ce soutien s’inscrit dans le dispositif mis en place par l’Etat, autorisé la Commission européenne en 2014.

FullSizeRender(14)

Ce sera compliqué de réserver le camion au dernier kilomètre …

Rappelons que la feuille de route 2015 de la Conférence environnementale a prévu d’apporter un complément exceptionnel de 30 M€ sur 3 ans (2015-2017) à l’aide accordée par l’Etat pour encourager le report modal vers des services de transport plus durables. Le transport combiné dans son ensemble contribue efficacement à l’objectif de la politique des transports en offrant des solutions plus sobres en énergie et plus soutenables aux besoins logistiques des entreprises sur les principaux axes de trafics.

Un second communiqué du ministère précise que les prestataires de transports, de voyageurs comme de marchandises, doivent, depuis le 1er octobre 2013, informer chaque bénéficiaire de la quantité de dioxyde de carbone émise à l’occasion du transport demandé. Deux ans après cette entrée en vigueur,  un bilan de mise en œuvre du dispositif vient d’être établi sur la base d’une enquête auprès d’un peu plus de 800 transporteurs. D’ores et déjà 40 % déclarent mettre en œuvre l’obligation d’information pour les marchandises et 50 % pour les voyageurs, annonce la ministre.