Carrosserie

Schmitz Cargobull affiche ses ambitions en France

img_3412
Jean-Yves Kerbrat

Afin de conforter sa place de premier constructeur européen de semi-remorques et camions-remorques, il est indispensable d’être bien implanté sur le marché français. Cela fait 15 ans que Schmitz-Cargobull développe, avec succès, ses affaires dans l’hexagone. Le moment était venu de construire un siège social et opérationnel digne de ce nom. Voilà, c’est chose faite, à Saint-Quentin Fallavier (38), tout près de Lyon, avec un bâtiment opérationnel construit spécialement pour l’occasion. Il comprend, en plus des bureaux, un magasin de 1500 m² comprenant 4000 références pour une valeur d’un million d’euros. Ce stock de départ va augmenter et il est déjà prévu une extension. A l’extérieur du bâtiment, un vaste parking de 31000 m² permet le stationnement de 150 véhicules en stock.

img_3418

Visite du magasin par les clients invités

Schmitz Cargobull réalise en France de bons scores avec 4000 ventes annuelles de véhicules neufs et 1000 occasions. Les ventes neuves se répartissent en rideaux coulissants pour 2500, bennes 500 et frigorifiques 500. Le solde est constitué de fourgons et plateaux. Lors de l’inauguration, un premier porteur frigorifique était en présentation. D’autres suivront. C’est un matériel qui est assemblé en France. Une autre nouveauté est attendue en 2017 sous la forme d’utilitaires légers carrossés en version frigorifique.

img_3405

Un vaste parc accueille véhicules neufs et occasions

Schmitz Cargobull produit 50 000 semi-remorques et carrosseries sur porteurs par an. Mais cette construction en série n’empêche pas la personnalisation « En Europe, une commande moyenne représente 1,7 véhicules. Dans la production, il y a deux aspects, la standardisation et la modularité. Rien que pour les rideaux coulissants, nous proposons à nos clients des milliers de variantes » précise Christian Le Page, directeur pour la France et l’Europe du sud. Le constructeur a récemment présenté des évolutions significatives de ses véhicules. Ainsi, la semi-remorque frigorifique gagne la bataille de l’isolation avec un coefficient K de 0,335 qui correspond à l’excellence sur un ensemble frigorifique.

img_3455

Christian Le Page

D’autre part, afin d’apporter un service encore plus pertinent, les livraisons deviennent expresses sur les semi-remorques « general cargo » de type Genios. Ce véhicule propose de nombreuses options et il est très diffusé. Standardisation aidant, le client pressé peut partir avec sa semi-remorque financée de 36 à 60 mois en 18 heures chrono après la commande, avec des options telles le contrôle de pression des pneus ou le pré-équipement télématique. C’est un bon moyen pour faire tourner les chaines. Côté pratique, les planchers bois, reçoivent des emplacements percés prédisposés qui permettent de fixer des cales pour maintenir la marchandise en toute sécurité. Schmitz en France, une affaire à suivre …

img_3458

De très nombreux clients avaient fait le déplacement