Paroles d'experts

Prévention : les habitudes dangereuses des professionnels de la route

Prevention routière
Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
Ban_cofisoft


Il y a un an, la sécurité routière publiait ses 10 propositions pour 2017. Aujourd’hui, une enquête de Kantar TNS pour AXA Prévention, concernant le comportement inaproprié des conducteurs professionnels sur la route, met en lumière les mauvaises pratiques et les mauvaises habitudes au volant.

Alors que l’on sait que 10 personnes meurent ou sont gravement blessées chaque jour sur les routes à cause d’une conversation téléphonique (Prévention Routière), qu’écrire ou lire un SMS multiplie par 23 le risque d’accident (ONISR), que la somnolence augmente par 8 le risque d’accident et enfin que sur autoroute, 1 accident mortel sur 3 est dû à la somnolence (ONISR), les professionnels ont du soucis à se faire.

Plus que des mauvaises habitudes, cette étude montre que 8 conducteurs sur 10 utilisent leur téléphone au volant tous usages confondus contre 6 sur 10 pour l’ensemble des Français.

Temps passé au téléphone, vitesse trop élevée, fatigue, les professionnels prennent plus de risque que les autres conducteurs.  65% téléphonent (vs 39% pour l’ensemble des Français), 36% envoient ou lisent des SMS (vs 24%) et 58% suivent un itinéraire sur le GPS de leur smartphone (vs 40%).

La fatigue est aussi un facteur qui inquiète. Les longues distances, la conduite de nuit et le stress engendrent des risques très élevé de somnolence voire d’endormissement.

76% conduisent la nuit, entre 22 heures et 5 heures du matin pour de longs trajets (vs 58% pour l’ensemble des Français). Le problème est que plus d’1 conducteur sur 2 (52%) prend le volant ou continue de conduire alors qu’il se sent fatigué (vs 45%).

Enfin, l’enquête montre que ces conducteurs ne prennent pas leurs pauses correctement : 43% conduisent sans s’arrêter pendant 4 ou 5 heures d’affilée (vs 34%).

A qui la faute ? Comment faire de la prévention sans faire de répression ? Nous le savons, aujourd’hui tout va plus vite. Il faut être rentable, au détriment de la santé et de la sécurité. l’enquête est claire et sans équivoque.

 

 

Commentaires

commentaires