Vie des entreprises

Pollution, pourquoi toujours les poids-lourds ?

Jean-Yves Kerbrat
Ban_cofisoft


Depuis quelques semaines, à l’entrée de l’hiver, les vagues de pollution se succèdent. Le transport routier fait partie des responsables désignés. Il n’y a pas qu’en régions parisienne ou lyonnaise que ce phénomène se produit, mais également dans les Alpes. Dans les vallées, un hiver sans précipitations n’arrange pas les choses. C’est aussi le cas autour de Grenoble. Pourtant les poids-lourds ne sont pas les vilains petits canards que l’on croit. C’est Jean Christophe Gautheron, secrétaire général OTRE Auvergne Rhône Alpes qui a pris la plume pour l’expliquer … une fois de plus, alors que les pics de pollution ont de nouveau atteints leurs seuils d’alerte obligeant les autorités administratives et les élus à prendre des arrêtés de limitation ou de régulation de la circulation routière, notamment dans la haute vallée de l’Arve.

vallee_vallee_de_l_arve

Jean Christophe Gautheron écrit « à écouter les médias, la présence des camions est le seul élément permettant d’expliquer ces seuils de pollution qui entraînent les complications de santé des habitants des massifs alpins. Les professionnels de la route, routiers et autocaristes en ont assez d’être pointés du doigt dans les discours pseudo écologiques et politiquement corrects qui cherchent à en faire les boucs émissaires de ce combat contre les dégâts engendrés par le réchauffement climatique.

Désigner les routiers comme coupables est irresponsable et technologiquement fallacieux autant que faux. Irresponsable parce qu’à l’heure des difficultés rencontrées par la profession, largement affaiblie par la concurrence déloyale et le dumping social des entreprises des pays de l’Est, la pointer du doigt n’est rien d’autre que de lui appuyer sur la tête encore un peu plus !

manif-arsmb-dec-2014-1024x768

Technologiquement faux car les données comparatives des motorisations des moteurs de poids lourds fonctionnant au gazole de classe Euro6 et des voitures essence de dernière génération prouvent que les camions (et autocars) ne polluent pas plus que les voitures roulant notamment vers les stations de sports d’hiver comme le montre ce tableau (sources internet) :

  CO2g/Km Nox g/Km Particules fines g/Km
PL/Car diesel EURO6 500 mg/km 80mg/Km 4,5 mg/Km
VL NEUF ESSENCE 1000mg/km 60mg/Km 5 mg/Km

Accuser les entreprises de transport d’être les pollueurs de la vallée de l’Arve, c’est méconnaître les efforts de toute une profession qui s’est engagée plus que tout autre dans les politiques de transition énergétique, en favorisant l’éco conduite et le passage aux motorisations alternatives GNV et électrique. Enfin c’est ignorer le poids économique de la filière en région Auvergne Rhône Alpes soit 83 595 salariés représentant 4,33% des emplois salariés dans les activités liées au transport routier dans la région. C’est également la quasi seule source d’approvisionnement des vallées et des stations de ski. »

Commentaires

commentaires

Solutions_Home