Vie des entreprises

OTRE 3000 transporteurs se serrent les coudes

Jean-Yves Kerbrat
Ban_cofisoft


En introduction des vœux qu’elle a adressé à ses adhérents, mais plus largement au monde du transport routier, Aline Mesples, présidente de l’OTRE, rappelle le besoin de solidarité et de cohésion des acteurs de la professions « Nous rencontrons toujours des difficultés et nous avons besoin de stabilité. Le temps politique n’est pas le même que celui de l’économie. Nous souhaitons être écoutés et attendons une simplification dans la vie de nos entreprises à tous les étages, réglementaire, administrative et fiscale. » Pour joindre les actes aux paroles, l’organisation professionnelle, qui rassemble 3000 PME du transport, va interroger tous les candidats à l’élection présidentielle en fonction des attentes et demandes parfois répétées et sans réponse.

Transport du bateau Groupama 4 pour la Volvo Ocean Race

Les conducteurs méritent un permis professionnel

Parmi celle-ci, une renégociation des 35 heures en tenant compte de la réalité du terrain et en fonction des éléments votés dans la loi travail dont la hiérarchie des normes qui fait prévaloir les accords à l’intérieur de l’entreprise aux négociations de branches. « Concernant les 35 heures, il faut savoir que les PME n’ont pas les mêmes moyens que les grandes entreprises. D’autre part, nos salariés conducteurs font généralement beaucoup plus que 35 heures » explique Aline Mesples qui se félicite des excellentes relations que son organisation a entretenu avec Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat aux transports en poste jusqu’au mois de mai, élection présidentielle oblige.

1 Placo-chargement camions Logistique Placo Vaujours-1

Transport routier, un métier en manque de reconnaissance

La liste des doléances étant longues, car incluant le transport routier de marchandises, les déménageurs, les autocaristes, les VTC et le transport de fonds, un contact est d’ores et déjà pris avec les équipes des candidats à l’élection. Un peu plus tard, c’est au niveau des élections législatives que cela se passera.  Les questions tournent autour de 4 sujets principaux, la régulation du marché, le modèle social, la transition énergétique et les infrastructures avec en toile de fond l’avenir des professions réglementées. « En raison de l’utilisation du domaine public et des enjeux de sécurité des personnes et des biens transportés, le transport routier est l’une des professions les plus réglementées en France. C’est une garantie de qualité de service mais c’est aussi un coût, largement supporté par les entreprises de la branche. L’OTRE, tout en se souciant du poids des contraintes supportées par les professionnels du transport routier, reste attachée au maintien d’une réglementation assurant la régulation du marché. » détaille l’organisation.

IMG_5075

Une attention appréciée !

D’autres sujets correspondent à des préoccupations du quotidien comme la protection du permis de conduire des conducteurs routiers qui parcourent 100 000 kilomètres par an ou davantage. « Le permis de conduire est le droit au travail de nos conducteurs, lesquels bénéficient tout au long de leur vie professionnelle de formations à la sécurité routière et d’un suivi médical. « L’égalité devant la loi doit permettre à un professionnel routier de ne pas être sanctionné doublement en perdant son emploi en cas de perte de son permis de conduire. » pense Aline Mesples qui passe aussi en revue l’aide aux investissements pour les entreprises, le prix des autoroutes, la fiscalité sur les carburants alternatifs, L’équilibre entre les orientations nationales et régionales et toujours aussi grave, le dumping social, le cabotage ou la lutte contre le travail illégal en déménagement. Et ce n’est pas tout … la liste est longue. Applaudit à la fin de son intervention, la présidente est émue d’une attention de ses collègues … un magnifique bouquet de fleurs pour son anniversaire.

Commentaires

commentaires

Solutions_Home