Transporteurs

MoryGlobal un coup de pouce de l’Ile de France

FullSizeRender(6)
Jean-Yves Kerbrat

Fin avril 2015, le sort était jeté pour les 2150 salariés du transporteur MoryGlobal qui avait pris la suite de Mory Ducros un an plus tôt au prix de 2800 premiers licenciements … Le 27 mars 2015, les Transports Malherbe de Caen avaient retiré leur offre, précipitant la fin d’une entreprise qui avait été l’un des tous premiers transporteurs français exploitant encore ces derniers temps 50 agences de distribution de colis. Dans toutes les régions, en fonction du nombre d’emplois concernés, les collectivités se sont mobilisées. C’est le cas de l’Ile de France où plus de 500 ex-salariés des deux faillites successives sont toujours sur le carreau.

 

MoryGlobal

Le Conseil Régional a donc annoncé son intention d’aider au reclassement de 522 demandeurs d’emplois issus à la fois de Mory Ducros et de MoryGlobal. Pour ce faire, la Région Ile de France a sollicité les grands transporteurs de voyageurs afin de favoriser l’embauche de ces ex-salariés disséminés dans toute la région. Souvenons-nous que des centres étaient installés à Alfortville (Val-de-Marne), Cergy (Val-d’Oise), Dourdan (Yvelines) et La Courneuve pour les activités de messagerie. Les activités de logistique étaient situées à Aulnay-sous-Bois, Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Goussainville (Val-d’Oise) et Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne).

mory-ducros

La Région Ile-de-France, sous l’impulsion de François Kalfon, conseiller régional délégué à l’emploi, a donc conclu un accord avec 5 grands groupes de transport francilien afin de reclasser et accompagner à la reconversion des anciens salariés franciliens toujours en recherche d’un nouvel emploi. Il s’agit de la SNCF, Keolis, Transilien, Transdev et la RATP qui s’engagent à recenser leurs besoins de recrutement et à rencontrer les ex-salariés de Mory Ducros et Mory-Global, en mobilisant l’ensemble de leurs antennes territoriales.

Ces partenaires s’engagent également à organiser un comité de pilotage sous l’égide du Conseil régional, et un suivi à 6 mois puis à un an du protocole d’intention. A travers ces différents rendez-vous, la Région espère des résultats concrets.

kalfon_francois

François Kalfon conseiller régional à l’emploi

 Selon François Kalfon : « Dans le prolongement de sa double compétence développement économique et formation professionnelle, la Région a aussi vocation à amortir les chocs conjoncturels lorsqu’une restructuration ou une faillite d’entreprises engendre des licenciements collectifs. Dans le cas présent, cette intervention attendue par les salariés franciliens de Mory montre que la collectivité régionale peut utilement monter en charge en matière de reclassement et de reconversion au côté de l’Etat. Et ce grâce au concours d’entreprises dont je salue l’esprit de responsabilité. »

Solutrans728x90