Poids lourds SITL

Mercedes , le futur sera connecté

Shaping Future Transportation - Campus Connectivity
Shaping Future Transportation - Campus Connectivity
Jean-Yves Kerbrat

Plus que toute autre, l’industrie automobile et du véhicule industriel travaille d’arrache-pied sur l’autonomie des véhicules. Les constructeurs de poids lourds, Mercedes en tête, ont été des précurseurs. Lorsqu’on parle de longue distance, qui mieux qu’un conducteur de poids lourds peut confier les commandes à l’électronique embarquée et à la localisation par satellites.

Shaping Future Transportation - Campus Connectivity

Dans un contexte hautement technologique, très concurrentiel, Mercedes a présenté à la presse internationale – 400 journalistes des cinq continents – trois camions qui roulent à la vitesse maximum autorisée, les uns derrière les autres. Selon le constructeur, la technologie actuelle permettrait de programmer 10 ensembles routiers se déplaçant de la sorte. Un convoi immatériel, en quelque sorte, auquel les conducteurs restent attentifs, même s’ils confient leur destin à l’électronique embarquée.

HPC-Platooning

HPC-Platooning

Daimler Trucks est sans doute le constructeur le plus avancé en terme d’interconnexion des véhicules, en incluant depuis 2013 la connectivité dans sa stratégie, et en ayant déjà connecté plus de 365 000 véhicules à l’échelle de la planète. Selon le constructeur, l’interconnexion peut éviter la paralysie du trafic routier via la communication V2V et V2I – Vehicle to Vehicle et Vehicle to Infrastructure – tout en  abaissant sensiblement la consommation de carburant et les émissions et sans doute réduire le nombre d’accidents de la route.

La connectivité s’est installée au coeur du moteur, entre le moteur et la boîte de vitesses, entre la chaîne cinématique et le trajet en amont, avec à la clé, une consommation de carburant et d’émissions maîtrisée. Selon Mercedes, la connexion des véhicules est le fondement même d’une gestion de flotte toujours plus efficace – notamment avec leur offre maison, FleetBoard

La connexion des camions a commencé avec le projet « Promote Chauffeur ». Près de dix ans après le lancement du projet Prometheus, plusieurs évolutions ont représenté conjointement les prémisses de la connexion des véhicules à partir du milieu des années 90, dont les réseaux de bord électroniques, la communication via la téléphonie mobile, l’utilisation des données GPS et d’Internet.

Les deux camions étaient reliés entre eux par radio. Le deuxième véhicule recevait toutes les données relatives à l’état de marche du véhicule de tête. Il était piloté, freiné et accéléré comme celui-ci et maintenait une distance de sécurité comprise entre 6 et 15 mètres en fonction de la vitesse. Parmi les éléments-clés du projet Promote Chauffeur figuraient les ordinateurs de bord installés dans le véhicule qui interconnectaient toutes les données entre elles. C’était, il y a presque 20 ans.

Aujourd’hui, Highway Pilot Connect autorise la conduite autonome au sein d’un convoi de trois camions et demain, le constructeur assure que 10 camions, et pourquoi pas davantage, pourraient faire de même. « La connectivité joue à ce titre un rôle décisif. Espacés grâce à l’interconnexion de 15 m, la distance de sécurité minimale, deux camions ou plus forment à vitesse identique un convoi. Le maintien d’une distance minimale réduit la résistance à l’air et abaisse ainsi nettement la consommation de carburant et les émissions, en moyenne de 7 % pour tous les véhicules du convoi routier.

Contrairement aux anciens essais réalisés dans le cadre du projet Promote Chauffeur, plusieurs tracteurs de semi-remorques peuvent désormais être reliés entre eux via Highway Pilot Connect pour former un convoi routier. Et ce, non de façon rigide, comme il y a presque 20 ans, mais avec un maximum de flexibilité. Les voitures peuvent ainsi s’insérer dans la voie de circulation et déboîter à tout moment.

Les véhicules en aval ne suivent désormais plus le camion de tête sans discernement. Comme chaque élément du convoi routier, y compris le véhicule de tête, équipé du système Highway Pilot, il s’agit en définitive de camions à conduite autonome qui se regroupent provisoirement en un conglomérat fonctionnel. En quelque sorte, le transport routier de marchandises sous la forme la plus opérationnelle qui soit. Un véhicule peut à tout instant quitter le convoi routier. D’autres camions équipés en conséquence peuvent à tout moment s’y joindre.