IAA IVECO

IVECO « gazole free », une démarche ambitieuse

Pierre Lahutte "Nous écrivons l’histoire au salon IAA en devenant le premier constructeur à présenter un stand entièrement Zéro diesel ! "
Jean-Yves Kerbrat
Ban_cofisoft


Iveco, qui emploie près de 21 000 salariés dans le monde et gère des sites de production sur les 5 continents, pense que le véhicule industriel peut s’affranchir du Diesel. La démarche est d’autant plus ambitieuse que les autres constructeurs, même s’ils présentent aussi des véhicules électriques ou au gaz, conservent le gazole en sachant parfaitement que le marché est encore orienté vers les moteurs Diesel, au moins pour la longue distance. Iveco marque donc une rupture très nette au salon IAA 2018 avec une « zone à faibles émissions » en recevant sur son stand une offre complète de 18 véhicules à motorisation alternative électriques, GNV et GNL en collaboration avec ses clients, partenaires et carrossiers dont plusieurs entreprises françaises.

Pierre Lahutte, le président (français) de la marque Iveco est très fier de ce choix affirmé « Depuis que l’IAA existe, Iveco est le premier constructeur à présenter un stand sans un seul moteur Diesel, ni sur les véhicules, ni sur leurs carrosseries. L’industrie du transport évolue, à mesure que la pression sur le Diesel augmente et que la transition énergétique prend de l’ampleur. Notre présence démontre que notre offre électrique, GNC et GNL est disponible dès aujourd’hui et apporte une alternative viable aux motorisations Diesel, quelles que soient les missions – des transports urbains de personnes au transport longue distance. En outre, le gaz naturel offre la possibilité d’une transition douce vers le biométhane et les énergies renouvelables, ouvrant la voie à une économie circulaire permettant d’aller jusqu’à la réduction totale des émissions. »

Pierre Lahutte, à gauche, avec des clients, est un patron très convaincant 

Parmi les solutions proposées, Iveco croit à la traction électrique pour le dernier kilomètre et le transport urbain. L’autre source d’énergie clé est le gaz naturel, qui fournit, selon le constructeur, une solution mature pour le transport durable de personnes et de marchandises. Sur le salon, Iveco met l’accent sur l’avantage environnemental du gaz naturel, capable de réduire massivement les émissions les plus polluantes : 90 % pour le NO2, 99 % pour les particules, de 10 % avec le gaz naturel jusqu’à 95 % avec le biométhane pour le CO2. Mais il y a d’autres avantages. Une économie circulaire basée sur la production d’énergie à partir de déchets organiques ou agricoles est possible avec le biométhane. Chez Iveco, on croit très fort à ces arguments car cela peut être réalisé dans un centre de traitement des déchets organiques, qui génère du gaz naturel et des engrais à partir de la collecte porte-à-porte, des déchets verts, de la restauration collective et des déchets municipaux.

Cette approche peut aller encore plus loin, lorsque le méthane est stocké dans un biodigesteur et utilise des cultures et des déchets agricoles. À mesure qu’elles grandissent, les cultures absorbent le CO2 et le transforme en glucides, fixant ainsi le Carbone et libérant de l’Oxygène dans l’atmosphère. Dans le biodigesteur, les résidus de culture se décomposent par un processus de digestion anaérobique, produisant du biogaz. Celui-ci est purifié en biométhane, et peut ensuite être transporté aux stations-service et utilisé par des véhicules alimentés au gaz naturel pour le transport de marchandises. Ce processus produit également une substance riche en nutriments qui est utilisée comme compost d’engrais, renvoyant les éléments nutritifs dans la terre, augmentant sa teneur en matière organique et séquestrant le carbone de l’atmosphère. De ce fait, cette approche va au-delà de la réduction des émissions de CO2, car elle fixe le carbone dans le sol, diminuant le CO2 dans l’air et rendant le cycle du carbone négatif.

Iveco profite du savoir-faire original de Maxicargo

Sur le stand Iveco est  exposé un Daily Blue Power NP carrossé par le français Maxicargo avec sa remorque basculante affichant une charge utile inégalée sur le segment des véhicules utilitaires de 3,5 tonnes destiné à la Ville de Paris. L’ensemble est équipé d’une grue ayant une capacité de 3 tonnes. Grâce aux deux réservoirs de gaz naturel, à la grue montée sur le véhicule et la benne basculante installée sur la remorque, la charge utile du véhicule est maximisée et peut atteindre 2 300 kg. Un chiffre exceptionnel pour un véhicule utilitaire de 3,5 tonnes ! Le crochet de remorquage positionné au centre du châssis permet d’assurer un attelage très court. Les équipements de sécurité comprennent le stabilisateur de remorquage, qui assure une excellente tenue de route, et le système puissant de freinage automatique à inertie. Maxicargo s’est taillé une solide réputation par la qualité élevée de ses produits, en particulier avec cette remorque innovante qui permet à ses clients de respecter les exigences réglementaires en matière de charge utile. La société installée en Bretagne a déposé plus de 10 brevets européens pour le produit Maxicargo.

L’association des compétences donne naissance à un véhicule innovant

Une autre réalisation intéressante est une caisse frigorifique du carrossier français Frappa sur la base d’un porteur 26 tonnes Stralis NP de 400 ch. doté d’un groupe frigorifique Carrier Transicold Supra CNG. Une solution certifiée conforme à la norme UN ECE R110. Cela en fait le premier véhicule de ce type alimenté à 100% par du gaz naturel. Contrairement aux camions standard destinés au transport réfrigéré de produits alimentaires, qui sont équipés de deux moteurs diesel – l’un pour le camion, l’autre pour le compresseur du groupe frigorifique ce Stralis NP, certifié Piek – 60 dB(A) pour les livraisons urbaines, n’utilise que du gaz naturel comprimé (GNC). Le véhicule comme le groupe frigorifique fonctionnent grâce à des moteurs stœchiométriques au gaz naturel équipés de catalyseurs à 3 voies. Il en résulte des taux ultra-faibles d’émissions de NO2 (-90 % par rapport au diesel) et de particules (-99 %), bien inférieurs aux limites fixées par les réglementations. S’agissant des émissions de CO2, la réduction peut atteindre 95 % avec le biométhane. Le prix du gaz permettrait un coût d’exploitation en baisse de 40% par rapport au gazole et l’autonomie pourrait attendre 1000 kilomètres.

Dédié à la location, ce Daily au gaz naturel est prêt pour les livraisons « dernier kiloètre »

Le troisième intervenant français qui accompagne Iveco au salon IAA est le loueur Petit-Forestier associé à son carrossier Lecapitaine. Ils présentent un châssis cabine Daily Blue Power NP Hi-Matic, premier véhicule utilitaire au gaz naturel comprimé équipé d’une boîte de vitesses automatique à 8 rapports. Il est équipé d’une caisse frigorifique entièrement alimentée par un moteur au gaz naturel comprimé (GNC) de 3,0 litres qui délivre une puissance de 136 ch. et un couple de 350 Nm. La réfrigération est assurée par un moteur électrique Carrier Pulsor alimenté grâce au moteur au GNC du véhicule qui est intégré à la flotte de location de Petit Forestier.

Commentaires

commentaires