Les News

Démission de Nicolas Hulot, que va-t-il rester de son travail ?

Auriane Kerbrat
Ecrit par Auriane Kerbrat
Ban_cofisoft


Invité chez Jean-Jacques Bourdin il y a quelques mois, l’ancien Ministre de l’écologie, Nicolas Hulot, avait laissé entendre qu’il prendrait ses responsabilités le cas échéant… Et bien, nous y sommes, le n° 2 du gouvernement vient de tirer sa révérence après 18 mois de service. L’enjeu est crucial et ne peut se contenter de « petits pas » comme il l’a déclaré sur France Inter au micro de Léa Salamé et Nicolas Demorand. 

Ce matin, mardi 28 août, sur France Inter.

L’Elysée a remercié son ancien ministre pour le travail accompli tout en se targuant d’être le 1er gouvernement à avoir été aussi loin en matière d’environnement et dont le bilan se promet d’être très positif… A en croire Nicolas Hulot et la sincérité de son ton, le chemin semble pourtant encore très long. Le premier Ministre, Edouard Philippe, a jusqu’à vendredi pour proposer un nouveau nom. Le successeur de Nicolas Hulot reprendra-t-il tous les dossiers ou bien cette nouvelle nomination sera-t-elle synonyme de changement de cap ou d’abandon de certaines mesures ? En effet que vont devenir la vignette poids lourd ? Le financement des infrastructures par le transport routier ? Le projet de redevance temporelle ? 

Nicolas Hulot et Edouard Philippe à l’inauguration d’une station de BioGaz à Valenton le 23 février 2018 ( 94 )

Rappelons aussi que le 1er juin dernier, Nicolas Hulot présentait fièrement son plan en faveur de la transition énergétique, à savoir le déploiement de l’hydrogène en France, déclarant à l’occasion : « L’hydrogène peut devenir l’un des piliers d’un modèle énergétique neutre en carbone. Cette molécule, qui renferme énormément d’énergie, va devenir indispensable compte-tenu de l’étendue de ses propriétés : elle permet de stocker l’électricité, d’alimenter des voitures, de recycler du CO2, de rendre les processus industriels plus propres… La France est à la pointe sur cette filière, et je veux lui donner les moyens de conserver son avance au cœur d’une compétition mondiale déjà féroce car elle constitue un atout pour notre indépendance énergétique mais également un immense gisement d’emplois. Le plan Hydrogène doit être l’impulsion qui va mettre en mouvement cette filière d’excellence pour démocratiser, à-terme, les usages de cette énergie dans notre quotidien ». Dès 2019, 100 M€ doivent être débloqués pour les premiers déploiements de l’hydrogène dans l’industrie, la mobilité et l’énergie. C’est l’ADEME, dont son actuel patron, Arnaud Leroy, pourrait être pressenti pour remplacer Nicolas Hulot, qui pilotera le déploiement de ces crédits et accompagnera les projets et acteurs de la filière partout en France. Ce plan ambitieux est-il mort aujourd’hui avec le départ de son instigateur ? 

Le 1er juin dernier lors de la présentation du plan hydrogène.

Même si les projets subsistent, le gouvernement perd un précieux atout. La Ministre des transports Elisabeth Borne, perd également un partenaire privilégié. Ensemble, ils ont mené plusieurs chantiers dont Loi d’Orientation des Mobilités. Alors que les enjeux écologiques n’ont jamais été aussi grands, espérons que le message de Nicolas Hulot résonne haut, fort et loin. 

Commentaires

commentaires