Utilitaires légers

Daimler-Renault-Nissan un ménage à trois réussi

Dr. Dieter Zetsche, Daimler et Carlos Ghosn, alliance Renault-Nissan
Dr. Dieter Zetsche, Daimler et Carlos Ghosn, alliance Renault-Nissan
Jean-Yves Kerbrat

Le partenariat stratégique entre l’Alliance Renault-Nissan et Daimler AG entre dans sa phase de maturité alors qu’il aborde sa septième année en 2016, ont déclaré les dirigeants Carlos Ghosn, PDG de l’Alliance et Dieter Zetsche, président du conseil d’administration de Daimler lors d’un point presse dans le cadre du Mondial de l’Automobile de Paris. Quand le partenariat Daimler-Alliance a été initié en avril 2010, le périmètre de collaboration se limitait à l’origine à trois projets, essentiellement en Europe. Depuis ces débuts modestes, les projets communs aux deux partenaires se multiplient dans tous les domaines (produits, moteurs et approvisionnements croisés) en Europe, en Asie et en Amérique du Nord et du Sud.

img_7495
Mercedes Citan un clone de la Renault Kangoo

« Le partenariat entre Daimler et l’Alliance a mûri et s’est élargi. Il se fonde sur un esprit de coopération et de confiance qui s’est renforcé au fil des ans. Les résultats ont clairement profité à chacun des partenaires. En partageant les coûts de développement et de production, nous avons pu pénétrer de nouveaux segments » a commenté Carlos Ghosn alors que Dieter Zetsche assure « Au cours des sept dernières années nous avons mis en place un partenariat qui va maintenant des pièces détachées aux plateformes, du co-développement à la coproduction, et des voitures particulières aux véhicules utilitaires. Et nous l’avons fait avec des équipes orientées-projets et très diverses, qui partagent leurs compétences entre les continents. Nos ingénieurs sélectionnent les meilleures idées – qu’elles viennent de Paris, de Stuttgart ou de Yokohama. Notre future coopération promet donc de donner encore de beaux résultats »

img_0439
Renault Alaskan transformé par Durisotti

Actuellement, cette collaboration s’étant aux versions électriques des nouvelles smart fortwo, smart cabrio et smart forfour et la Renault Twingo qui ont été les premiers véhicules construits sur une plateforme commune par Daimler et l’Alliance. Lancée en 2014, la smart deux-places est fabriquée à l’usine Daimler de Hambach, France, tandis que les véhicules quatre-places sont produits à l’usine Renault de Novo Mesto, Slovénie.

Egalement, la mise en chantier de la première usine commune de production. Un investissement d’un milliard de dollars à Aguascalientes (Mexique). Il en sortira la nouvelle génération de véhicules compacts haut de gamme pour Infiniti dès 2017, et pour Mercedes-Benz à partir de 2018. Le recrutement et l’équipement de l’usine ont démarré en mai 2016 conformément au calendrier. La construction du site s’achèvera en 2017 et devrait produire plus de 230.000 unités par an d’ici 2020. Ces modèles seront également fabriqués dans d’autres usines Daimler et Nissan en Europe et en Chine.

img_0225
Nissan NV300 extrapolé du Renault Trafic

La réalisation d’un pick-up commun sur la base de Nissan NP300. Il s’appelle Alaskan chez Renault et sera commercialisé en France fin 2017. Daimler se chargera de l’ingénierie et de la conception pour répondre aux besoins spécifiques de ses clients en Europe, Australie, Afrique du Sud et Amérique Latine. Il sera produit dans l’usine Renault de Cordoba, en Argentine, et dans l’usine Nissan de Barcelone, en Espagne, où seront aussi fabriqués le Nissan NP300 Frontier et le Renault Alaskan. Ce mois-ci, Mercedes-Benz en révèlera davantage sur le design, la stratégie commerciale et les marchés du nouveau pick-up.

img_0846
La Smart partage sa plateforme avec la Renault Twingo

Enfin, il est prévu la production commune de moteurs en Amérique du Nord avec la mise en commun du développement et de la production de moteurs alliée à des projets d’approvisionnements croisés pour les pièces moteur signe une coopération inédite dans le segment des groupes motopropulseurs qui couvre les moteurs et les transmissions. L’usine Nissan de Decherd dans le Tennessee, aux États-Unis, est concernée. En juin 2014, la production de moteurs à essence 2 litres, 4 cylindres a démarré pour Nissan. Puis les opérations pour les moteurs Daimler ont débuté en octobre 2014. Depuis, l’usine a construit environ 250.000 moteurs.