Transporteurs

Crise agroalimentaire : la grogne monte en Bretagne

crise agro breizh
Renaud Chasle
Ecrit par Renaud Chasle

Le blocage des zones logistiques par les agriculteurs bretons impacte la filière transport.

Officiellement les transporteurs de l’Ouest soutiennent le secteur agro-alimentaire, qui constitue une clientèle majeure, dans son combat pour sauver la filière porcine. Mais la grogne commence à monter face aux blocages successifs de plateformes logistiques au cours des dernières semaines. Mardi une quarantaine d’agriculteurs ont bloqué l’accès à la plateforme Easydis, filiale du groupe Casino, à Gaël en Ile-et-Vilaine. Ils ont arrêté et contrôlé tous les chargements des camions frigorifiques qui quittaient le site, pour vérifier notamment l’origine des viandes.

Plus tôt dans le mois, la FNTR Bretagne (Fédération nationale des transports routiers) déclarait dans un communiqué « s’inquiéter des baisses et aléas d’activité que subit le monde agricole mais dénonce toutefois les dégradations sur ses véhicules. Les dégradations sur nos matériels pénalisent uniquement les entreprises de transport et pourraient priver le monde agricole de notre compréhension. Nous exprimons notre soutien à la production bretonne, mais nous n’accepterons pas d’être la cible injustifiée d’actes malveillants sur nos outils de travail ».

Plateforme easydis de Gaël en Ille-et-Vilaine.

Plateforme easydis de Gaël en Ille-et-Vilaine.

6 plateformes de la grande distribution (Gaël/Casino, Bain-de-Bretagne/Carrefour, Argentré-du-Plessis/Intermarché, Rostrenen/Intermarché, Ploumagoar/Lidl et Saint-Gérand/Intermarché) ont fait l’objet de blocages réguliers par les agriculteurs, réclamant à la grande distribution de meilleurs prix d’achat pour leurs produits. Quand ce ne sont pas les plateformes de distribution, c’est la rocade Rennes qui est bloquée. « Ce sont des immobilisations coûteuses pour les transporteurs qui subissent ces blocus, au delà des retards de livraison elles ont un coup social et matériel et ralentissent globalement l’activité », explique Anthony Rouxel, délégué régional FNTR Bretagne.

La filière agroalimentaire éspère débloquer la situation directement avec le Commissaire européen en charge de l’Agriculture Phil Hogan qu’elle devrait rencontrer demain pour l’ouverture du salon de l’agriculture à Paris.

« Nous travaillons avec la France pour trouver des solutions à la situation très difficile des marchés agricoles » Phil Hogan

« Nous travaillons avec la France pour trouver des solutions à la situation très difficile des marchés agricoles » Phil Hogan