Réglementation

Contrôle du transport routier, preuve de concurrence déloyale

controle routier
Jean-Yves Kerbrat

Un ensemble routier arrivait du Portugal en direction de la Grande-Bretagne avec un chargement de fraises, lorsqu’il a été arrêté par la brigade de gendarmerie des Deux-Sèvres (EDSR79). Les deux conducteurs ont été contrôlés samedi 26 mars vers 19 heures au niveau de l’échangeur de l’A83 et de l’A10. Les militaires du peloton d’autoroute de La Crèche se sont rendu compte que l’équipage du poids lourd avait largement dépassé son temps de conduite et trichait avec le chronotachygraphe en utilisant la carte d’un troisième conducteur. Résultat, en se relayant, ils étaient au volant depuis 49 heures et six minutes avec seulement 45 minutes d’arrêt total au lieu des 9 heures requises, et 18 heures de conduite quotidienne en équipage.

DSC_0095-774x600

Le capitaine Francis Kapala s’est exprimé dans les colonnes du quotidien La Nouvelle République « C’est extrêmement dangereux en termes de sécurité routière et cela représente, en plus, une concurrence déloyale vis-à-vis des autres transporteurs ». L’utilisation d’une troisième carte est évidemment une fraude grave. Elle a été saisie. D’autre part, l’entreprise a dû envoyer un virement de 9000 €, soit 4500 € par conducteur. Le camion a pu repartir dimanche après-midi après un repos mérité et la remise à zéro des temps de conduite … avant une prochaine fois. Car, pour un camion arrêté, combien passent à travers les mailles du filet !