Vie des entreprises

Congrès FNTR le transport routier entre dans un autre monde

Jean-Yves Kerbrat
Ban_cofisoft


Le 72ème congrès de la FNTR s’est tenu mardi 10 octobre. Le programme était dense pour un format réduit à une journée. Cela a sans doute laissé sur leur faim des exposants qui trouvaient que la place prise par les conférences laissait peu de temps aux contacts avec les transporteurs membres de l’organisation professionnelle.

La FNTR a souhaité positionner le contenu de son événement annuel sur un thème prospectif fort UN AUTRE MONDE #1 en faisant la part belle à la « révolution numérique » il est question de blockchain, de lettre de voiture électronique, la transition énergétique, la logistique urbaine, mais aussi le transport routier français au cœur d’une Europe qui ne fait pas de cadeau. Les routes ne ressemblent-elles pas à des territoires où tout semble permis. Cela crée non seulement des disparités économiques fortes, mais en plus des dangers en matière de sécurité routière avec des conducteurs exténués qui passent leur vie sur la route … à l’exemple de l’invasion des utilitaires légers immatriculés dans les pays de l’Est. Sur ce point, Elisabeth Borne, ministre des transports, a rappelé fermement sa vigilance et son soutien auprès des instances européennes.


Mais où sont passés les conducteurs ?

Tout ceci a été débattu, mais le mot d’ordre sous-jacent, leitmotiv permanent de cette journée a été la pénurie de main d’œuvre dans des entreprises prêtes à recruter des milliers de professionnels. « Nos entreprises refusent des missions par manque de conducteurs » s’inquiète Jean-Christophe Pic, président de la FNTR qui demande, pour une profession qui remonte la pente après une crise sévère, le maintien du CICE, alors qu’il doit être modifié dans la prochaine loi de finance, et du suramortissement des véhicules fonctionnant au gaz.

Assistance attentive pour un programme dense

Afin de palier au déficit de main d’œuvre, l’organisation patronale, accompagnée de TLF, FNTV, CSD, UNOSTRA, lance sa propre initiative qui s’appelle Tremplin pour TRansport EMPLoi INnovation. Il s’agit de motiver les entreprises d’inscrire leurs besoins et d’appuyer sur l’attractivité des métiers du transport routier de marchandises, de voyageurs, de la logistique et du déménagement. « Une démarche ambitieuse portée par les principaux acteurs de la branche » avance Jean-Christophe Pic. TREMPLIN enclenche sa première phase opérationnelle avec une enquête en ligne sur le site www.tremplin2017.fr. Les entreprises sont invitées à répondre à un questionnaire sécurisé afin de recenser leurs besoins en recrutement et les profils recherchés.

Elisabeth Borne est une ministre attentive qui connait ses dossiers, avec Jean-Christophe Pic

Cette enquête en ligne doit permettre de dresser une cartographie des besoins par bassin d’emplois et catégories de métiers, pour une mise en adéquation plus directe des profils qualifiés avec les entreprises. L’AFT et l’OPCA Transports et Services sont dans la boucle. Trois grandes séquences sont prévues : une phase de recensement des besoins par bassin d’emplois (fin sept.- oct. 2017) – une phase de constitution d’un vivier de candidats (oct.-nov. 2017) – une phase de recrutement (à partir de novembre 2017). Il reste à attendre les résultats.

Commentaires

commentaires