Logistique Paroles d'experts

Le club Demeter fait du remue-méninges

Catherine Bernard


Big data, fair fret, attractivité du métier :  les rendez-vous Demeter 2018 ont multiplié les pistes de réflexion.

Répondre aux contraintes du marché, tout en mettant en œuvre une logistique responsable : telle est la raison d’être du club Demeter. Cette année, les rendez-vous du club étaient construits en trois séquences :  l’octroi des trophées de l’année tout d’abord. Ils sont allés à Pilgreem, une plate-forme collaborative qui permet le partage de salariés ou de formations entre entreprises voisines ; à Ecolog Innovation, qui propose la réutilisation de racks et à Civitime, qui a développé des jeux pédagogiques pour mieux ancrer la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) dans les pratiques des entreprises et du personnel.

Deuxième temps : les conclusions des ateliers qui ont réuni, ces derniers mois, les adhérents du club sur 6 thèmes de réflexion. Opérationnels tout d’abord, avec les questions redondantes : comment gérer les pics saisonniers ? Comment lisser l’activité ?  Des pilotes doivent être mis en place pour tester différentes solutions envisageables. Deuxième préoccupation : l’environnement, au sens large.  Deux ateliers ont abouti au développement d’outils directement opérationnels : celui sur l’économie circulaire a développé un outil de comparaison des différentes solutions d’emballage, prenant en compte leur intérêt économique et environnemental. Un seul coup d’œil permet de voir lequel répond le mieux aux différents objectifs du moment.

Autre projet d’envergure : la mise en place d’un outil permettant de rendre plus équitables les relations entre chargeurs, clients et transporteurs. Ethique, environnement, sécurité, optimisation du transport, sont quelques uns des éléments de la charte que peuvent conclure les partenaires ; des engagements dont un outil informatique simple permet ensuite de suivre la réalisation. La première signature de ce « faire fret » engage Pierre Schmidt et Stef transport.

Comment lisser l’activité ? Tel a été l’un des axes de réflexion des Rendez vous Demeter

Séduire les compétences, manager : des thèmes prioritaires

Mais les thèmes managériaux étaient particulièrement à l’honneur : ainsi, les huit entreprises de l’atelier ont mis en place une formation pour former des conducteurs livreurs ambassadeurs. « Il s’agit de donner une visibilité à la profession, mais aussi de lui donner une posture commerciale », a expliqué Juliette de Bastard, de Carrefour. Un autre atelier a travaillé sur le bien-être au travail. Le secteur n’échappe pas aux questions de l’époque, avec la nécessité d’impliquer un personnel de plus en plus difficile à recruter dans des entreprises moins hiérarchisées, voire « libérées ». L’atelier a développé un questionnaire -papier ou numérique- permettant aux logisticiens de prendre le pouls de l’atmosphère qui règne dans leur structure. Enfin, la transformation des métiers de la supply chain était le thème du troisième temps fort des Rendez-vous, la table ronde, qui a rassemblé experts et praticiens. Ces derniers se trouvent partagés entre différentes tendances :  « certes, le big data devient incontournable, tout comme nous testons de nombreuses nouvelles technologiques, tels les exosquelettes, qui assistent nos collaborateurs », a ainsi témoigné Yannick Buisson, directeur général de FM Logistic Europe, nuançant : «  mais le cœur de notre métier demeure un métier d’hommes et des femmes qui chargent des palettes et conduisent des camions ». « Pour autant, nous sommes arrivés au bout d’un certain business model », a jugé , Anne Kremer directrice supply chain du Groupe Bel. Qui n’hésite pas à tester de nouvelles méthodes de management où les hiérarchies deviennent moins importantes.

 

Commentaires

commentaires